SOLIDAIRES

Dans le privé et le public, un syndicalisme de lutte pour la transformation sociale

Accueil > inFORMER LES SALARIÉ-ES > REVISION GENERALE DES POLITIQUES PUBLIQUES

REVISION GENERALE DES POLITIQUES PUBLIQUES

mardi 28 juillet 2015

La RGPP a été lancée par le Premier ministre de N. SARKOZY, François FILLON le 10 juillet 2008. Elle exprimait la volonté de ce gouvernement de limiter les dépenses et par conséquent les activités des administrations publiques. C’est le Conseil de Modernisation des politiques publiques (Conseil des ministres élargi) qui a été chargé de prendre les décisions politiques dans le cadre de la RGPP. D’abord, limiter les dépenses publiques en appliquant le dogme du non remplacement d’un fonctionnaire sur deux (voire sur trois) partant à la retraite : soit plus de 150 000 suppressions d’emplois en cinq ans !
Mais la RGPP ne s’est pas arrêtée là. En prétextant réformer et moderniser les administrations, les grandes politiques d’intervention de l’Etat ont été aussi « revisitées » : famille, assurance-maladie, politique de solidarité et de lutte contre la pauvreté, ville et logement, emploi et formation professionnelle, développement des entreprises.
La RGPP a aussi servi de boite à outil pour engager des réflexions, puis apporter des modifications sur l’organisation de l’Etat, de l’administration territoriale et sur les relations entre l’Etat et les collectivités territoriales.
Toutes ces cogitations se sont traduites dans le budget pluriannuel 2009-2011 : la loi Boutin sur le logement, la Réforme de l’administration territoriale de l’Etat (RéATE), la loi Hôpital Patient Santé Territoire (HPST), la loi liberté et responsabilité des universités, la réforme des collectivités territoriales (aidée par la suppression de la taxe professionnelle), les fusions imposées comme celles des services des impôts et du trésor public, la création de Pôle Emploi et des Agences régionales de santé, le changement de statut de La Poste, etc.
Ainsi, les « boites à outils » des 561 mesures structurelles de la RGPP ont toutes visé à démanteler principe par principe, le statut général de la fonction publique : des milliers d’emplois supprimés, des suppressions de services et de postes, des mobilités forcées (géographiques et/ou fonctionnelles), des restructurations, des fusions et des délocalisations avec la mise en place du licenciement pour les fonctionnaires ... le gel des rémunérations, l’instauration de l’individualisme avec la rémunérations au mérite et à la performance, sans oublier la dégradation continue des conditions de travail, la pression hiérarchique et le stress ainsi généré.
La RGPP a ainsi conduit à la fermeture de services dans les hôpitaux, de maternités et de blocs opératoires, de commissariats, de gendarmeries, de tribunaux d’instance ou de commerce, de bureaux de poste, de classes, d’écoles, de bases militaires, de sous-préfectures, de centres régionaux de Météo France, etc.
Des services publics laminés, des usagers privés de services de proximité, des agents asphyxiés et au bord de la rupture, la RGPP a été, elle-même, la boite à outil scélérate qui sous couvert de modernisation et d’économies budgétaires, aura servi à démanteler le service public et les politiques publiques existantes.