SOLIDAIRES
Nous rejoindre Journalistes Membres
Dans le privé et le public, un syndicalisme de lutte pour la transformation sociale

Solidaires Auvergne

ARTICLE MEDIACOOP : LES ÉCOLES ALTERNATIVES, UN DANGER POUR L’ÉCOLE PUBLIQUE ?

À lire sur ce lien l’article de médiacoop publié le 21 août 2018

http://www.mediacoop.fr/rubrique/reportages/les-ecoles-alternatives-un-danger-pour-lecole-publique

A quelques jours de la rentrée des classes, nous avons eu envie de nous interroger sur la santé de l’école en France. Nous avons rencontré Alain Chevarin, professeur, auteur, qui a co-écrit avec Grégory Chambat, « De Montessori aux neurosciences, attaques contre l’école publique ». Un ouvrage à paraître, dès le mois de septembre sous forme d’un numéro spécial de la revue N’autre école. Ils y décryptent la multiplication des créations des écoles Hors Contrat, concurrençant l’école publique. L’occasion de s’interroger sur la nature de ces écoles dites alternatives.

Alain ne sait pas par où commencer. Il décide de le faire par quelques chiffres, dont un qui démontre l’ampleur du dégât : « En France, une nouvelle école privée Hors Contrat ouvre tous les deux jours en moyenne… » Plus de 1500 écoles Hors contrat ouvriront donc à la rentrée 2018 pour un peu plus de 74 mille élèves…Sur les douze millions de scolarisés, pas de quoi paniquer…Et pourtant, Alain Chevarin appuie sur la montée exponentielle de ces écoles « alternatives », ces dix dernières années.

Mais d’abord c’est quoi une école Hors Contrat ?

« C’est une école qui n’a aucun contrat avec l’Etat, qui n’est donc soumise à aucun programme (il faut seulement qu’on ait enseigné les connaissances du « socle commun »), il suffit d’avoir le bac pour y enseigner, et se déclarer en préfecture ou en mairie. A partir de deux élèves inscrits, l’école est légale » On a vu ainsi apparaître, dans un petit village auvergnat, une école de six élèves, montée par une maman qui s’est fâchée avec l’institutrice de ses enfants.

En France, depuis 1959 et la loi Debré , les écoles privées (majoritairement à l’époque des écoles catholiques) peuvent signer un contrat avec l’Etat. Celui-ci paie le personnel et verse une subvention de fonctionnement, en contrepartie, l’établissement doit respecter les programmes, et ne pas trier les élèves.

Lorsque l’on ouvre une école hors-contrat, on n’a aucune obligation envers les méthodes ou les contenus pédagogiques, et on ne reçoit aucune aide financière de la part de l’État.

Aujourd’hui, 30 % des écoles hors contrat se revendiquent catholiques, parfois même sans aucune autorisation de l’Église !

De la manif pour tous à Montessori en passant par les Colibris…

On recense autant d’écoles que de contenus pédagogiques ou de valeurs éthiques, mais nous pouvons analyser trois styles d’écoles et trois raisons différentes d’y adhérer.

La Fondation pour l’Ecole (1) est une association qui critique la politisation de l’école publique qu’elle considère « socialo-communiste ». Anne Coffinier, cheffe de file de cette structure, catholique pratiquante, et active lors de la « manif pour tous », revendique le droit à plus d’indépendance dans l’ouverture des écoles Hors Contrat. La fondation prône la disparition ou la transformation totale des écoles publiques pour laisser place à une école plus libérale, ouverte à la concurrence. De nombreuses écoles Montessori ou catholiques ont désormais le label « fondation pour l’école ».

D’autres choisissent de mettre leurs enfants dans des écoles Hors-Contrat, car ils estiment que l’école publique n’est pas adaptée à leurs « chers petits ». De plus, on regroupe les enfants par « spécialisation » Ecole de surdoué, école de dyspraxique, école d’hyperactif, école bilingue…

Contrairement à l’école du commun défendu par la pédagogie Freinet par exemple (2) ils vont se réfugier dans des écoles « bienveillantes ». Ainsi, on retrouve leurs enfants dans des écoles Montessori (3), où aucun mélange ne s’opère.

Déjà financièrement, ces écoles ne s’adressent qu’à un public privilégié. Environ 5000 euros par an en moyenne pour une inscription en école Montessori.

Enfin, dans la troisième catégorie d’écoles, l’exemple le plus flagrant est celui des Colibris de Pierre Rabhi (5), et sa fille Sophie. Il s’agit pour eux de ne pas instruire l’enfant mais de le laisser se développer au contact de la nature, avec des références à Steiner (6) et à l’anthroposophie.« Tant que nous étions dans la docilité par rapport à l’instruction obligatoire, notre système a fonctionné cahin-caha. […] Nous avons pris conscience de la maltraitance de cette exigence ». ( Sophie Rabhi)

Montessori, la bienveillance, Dieu et le fascisme…

Cependant, la pédagogie qui surfe sur la vague des écoles alternatives reste celle de Maria Montessori. Pour beaucoup, cette pédagogie prône la bienveillance et l’épanouissement de l’enfant.

Pourtant, Maria Montessori a d’abord été une sorte de conseillère pédagogique du pape. En 1905, il lui demande de développer une éducation pour préparer l’enfant à la parole de Dieu. Maria Montessori disait par exemple que l’enfant est une étincelle Divine, et que « nos enfants sont d’une grande aide pour la défense de notre foi », elle parle « de la main guidante de Dieu ».

La pédagogie qu’elle développe est totalement tournée vers Dieu. Puis, en 1922, elle collabore pendant 12 ans avec Mussolini et donc le fascisme, avant de devoir le fuir car elle refusera le port de l’uniforme dans les écoles. Mais sur tout le reste, elle est en total accord avec le dictateur.

Alain qui voit au retour de la pédagogie Montessori, un beau coup de communication s’explique : « Aujourd’hui, on nous ressort l’importance des cinq sens dans l’apprentissage comme l’un des piliers de l’éducation Montessori, mais ça fait longtemps que dans l’école publique on fait de la musique, du dessin. Les écoles Montessori font croire qu’elles utilisent des nouveaux concepts alors qu’ils datent des années 20 .

« C’est comme Céline Alvarez(8), qui est une calamité ! » s’insurge Alain, « Elle a mélangé les neurosciences avec la pédagogie Montessori…alors qu’elle n’est ni l’un ni l’autre…

Les neurosciences, si je schématise, c’est penser qu’en mettant des électrodes sur la tête d’un gosse on peut trouver la bonne méthode pour réparer ses « lacunes » en maths… C’est ainsi uniformiser les connaissances, et les enfants.

Céline Alvarez est pour la bienveillance mais elle se targue de dire « dans ma classe, les enfants savent lire à 4 ans ! » Ca sert à quoi de savoir lire à 4 ans ? On ne peut pas laisser un enfant prendre son temps ? La seule chose qu’elle a pu prouver d’intéressant, c’est qu’avec des moyens, les enfants vont mieux, elle avait deux ATSEMS dans sa classe, et des experts chaque jour, et un nombre réduit d’enfants dans sa classe. Forcément, tu arrives à faire plus de choses dans ces conditions-là ! »

Désinformation, concurrence et épanouissement personnel

Alain a cherché à comprendre pourquoi les gens se tournent désormais vers les écoles alternatives.

Il y voit trois raisons :

¤ La démolition médiatique de l’école publique. « A chaque rentrée, on te dit que l’école est malade, que les classes débordent de gamins… »

¤ La société de l’épanouissement personnel contre l’esprit collectif. Depuis plusieurs années, la mode est au bonheur individuel. Chacun ne pense qu’à soi. « Freinet raconte dans un de ses livres qu’au départ, il est subjugué par la pédagogie Montessori, jusqu’à ce qu’il en visite une.

Il est abasourdi par le silence. Chaque enfant fait effectivement ce qu’il veut, mais tout seul. Un enfant joue aux lettres, l’autre dessine, et aucune interaction n’existe. Lui prône « la ruche », la coopération, et surtout le vivre-ensemble, l’école du peuple, publique…Freinet impliquait même le quartier dans son école publique. Mais aujourd’hui la mode est d’individualiser totalement l’éducation. »

¤ L’argent utilisé pour la communication des écoles Hors contrat. C’est devenu un vrai business. « L’école privée, ça ouvre à la concurrence, c’est la suite logique de notre société libérale. Les gens qui inscrivent leurs enfants dans les écoles privées sont totalement en accord avec la société capitaliste » constate Alain.

Repenser l’école publique

Mais il ne faut pas s’y méprendre, l’école publique est toujours imparfaite. Depuis la disparition de la formation des enseignants, on manque de professeurs pédagogues. (Ceux qui critiquent le manque de formation et se tournent vers les écoles alternatives ne savent peut-être pas qu’en écoles Hors Contrat, il suffit d’avoir le bac pour enseigner !)

Pour Alain, il faut changer certaines choses et s’interroger sur la place des arts trop infime, sur la différence entre les disciplines fondamentales et les autres, sur l’écologie à l’école ? pourquoi ne ferait-on pas de droit au collège ? « De toutes façons, on perd l’aspect collectif, on a désormais des parcours individuels, avec le jeu des options, au lycée, il n’y a plus d’unité de classe, la classe entière se retrouve uniquement quelques heures par semaine… »

Ainsi quand Céline Alvarez, auteur de « les lois naturelles de l’enfant » dit « les enfants de ma classe savent lire dès 4 ans », Alain lui répond « mais savent-ils au moins rire et chanter ? »

Quand Maria Montessori dit « il faut que les enfants s’épanouissent », Alain rétorque « bien sûr, mais pas tout seul, dans et grâce au collectif… »

Quand Macron décrète des classes de CP à 12 élèves dans les ZEP, Alain s’inquiète « c’est une excellente idée mais un peu facile, il a retiré de nombreuses écoles des zones prioritaires, et amenuisé les dotations des autres écoles pour quelques classes pilote… Et que ce gouvernement arrête de penser l’école comme une entreprise qui doit être rentable… »

Le livre d’Alain Chevarin sortira à la rentrée, « je sais que je vais fâcher du monde, en gros tous ceux qui dont les comportements sont, consciemment ou non, anti-égalitaires, et pour une forme de sélection et d’égocentrisme…

On peut se rendre compte malheureusement qu’ils sont de plus en plus nombreux. De ceux de l’extrême-droite ou droite radicale, on le sait et d’ailleurs eux-mêmes ne s’en cachent pas, mais désormais, même des gens de gauche ne défendent plus notre école publique, et l’abandonnent… C’est certainement cela le constat le plus triste de notre livre… »

Eloïse Lebourg

https://www.la-croix.com/France/Les-ecoles-privees-Esperance-banlieues-essaiment-leur-succes-interroge-2017-01-26-1300820384
https://fr.wikipedia.org/wiki/Pédagogie_Freinet
https://fr.wikipedia.org/wiki/Pédagogie_Montessori
https://fr.wikipedia.org/wiki/Anthroposophie
https://fr.wikipedia.org/wiki/Mouvement_Colibris
https://fr.wikipedia.org/wiki/Pédagogie_Steiner-Waldorf
https://fr.wikipedia.org/wiki/Céline_Alvarez



Article publié le 5 septembre 2018


Contact

Email : contact@solidaires-auvergne.org

28 rue Gabriel Péri 63000 Clermont-Fd

MEDIATHEQUE

Nous contacter

Union syndicale Solidaires
31 rue de la Grange aux Belles - 75 010 Paris
tel : 01 58 39 30 20 - fax : 01 43 67 62 14
contact@solidaires.org

Nous suivre Vers Facebook Vers Twitter Rss
Recevoir notre newsletter

Mentions légales . Crédits . Plan du site . (c) Solidaires 2015