SOLIDAIRES
Nous rejoindre Journalistes Membres
Dans le privé et le public, un syndicalisme de lutte pour la transformation sociale

Actualités partenaires

L’Assemblée nationale ne compte quasiment plus de représentants des milieux populaires

Document Observatoire des inégalités

À quand la parité sociale à l’Assemblée nationale ? Employés et ouvriers représentent la moitié de la population active et comptent pour dix fois moins parmi les député(e)s. Contrairement à la question du genre, la composition sociale intéresse peu, y compris dans les instances représentatives.

Le renouvellement politique de juin 2017 à l’Assemblée nationale a entraîné une forte augmentation de la part de femmes parmi les élus mais il ne s’est pas accompagné d’un renouvellement social. Si 4,6 % des députés sont employés, aucun n’est ouvrier, alors que ces catégories représentent la moitié de la population active, selon l’Institut Diderot [1]. À l’inverse, les cadres et professions intellectuelles supérieures représentent 76 % des élus, soit 4,4 fois plus que leur part dans la population active.

Les catégories populaires (ouvriers et employés) représentaient un peu moins de 20 % des députés lors de la première législature (1946-1951) de la IVème République, soit 98 députés sur 522. Ce sera la représentation la plus forte depuis la création de l’Assemblée nationale jusqu’à aujourd’hui. En 1958, cette part était déjà ramenée à 4 %. La poussée de la gauche aux élections de 1967 (Vème République) a conduit à une remontée à 9 % de l’ensemble. Une législature qui dure peu : l’Assemblée est dissoute en mai 1968. Par la suite, la représentation des catégories populaires ne va cesser de se réduire, alors que cet ensemble constitue toujours environ la moitié de la population active.

Suite aux législatives de 2017, les 26 députés de la catégorie « employés » [2] représentent 4,6 % de l’ensemble, ce qui est tout de même mieux qu’en 2012 où ils étaient 2,6 %. L’arrivée d’une nouvelle majorité La République en Marche, nouveau parti, a permis un renouvellement, quoique modeste, du personnel politique. Il faut ajouter que les nouveaux élus, nombreux, sont aussi plus proches de leur ancien métier alors qu’auparavant une part plus importante était devenus des professionnels de la politique peu en lien avec leur milieu social d’origine.

[...]

>> L’Assemblée nationale ne compte quasiment plus de représentants des milieux populaires



Article publié le 2 décembre 2018