SOLIDAIRES
Nous rejoindre Journalistes Membres
Dans le privé et le public, un syndicalisme de lutte pour la transformation sociale

Solidaires Auvergne

Contre la destruction du service public de l’enseignement supérieur : Pour une Liste Solidaire ! #PLS

Alors que nous sommes de plus en plus nombreux/ses à effectuer des études chaque année (35.000 étudiant·e·s en 2017 à l’Université Clermont Auvergne contre 38.000 cette année), nous ne pouvons que constater le manque de moyens alloués à l’UCA, mais également sur toutes les universités de France.
Le désengagement de l’État se constate à tous les niveaux, aussi bien d’un point de vu budgétaire que politique.

Nos lieux d’études sont de plus en plus délabrés, inconfortables, pas assez étendus, et peu propices à l’émancipation intellectuelle des étudiant·e·s. De plus, nous subissons de plein fouet le manque de personnels, sans que cela ne s’arrange, bien au contraire : la baisse de la masse salariale de 2% adoptée par l’UCA pour l’exercice budgétaire 2018 induit la suppression de nombreux postes d’enseignant·e·s-chercheur·euses et de personnel administratifs, d’entretien ou de services annexes de l’université.
Notre émancipation passe par des lieux d’études dignes et des personnels en nombre suffisant.
Ces coupes budgétaires approuvées par le ministère et consenties par la présidence de l’université mettent à mal le maintien de la qualité de nos études. Ce désinvestissement de l’État dans l’enseignement supérieur rend nos lieux d’études vulnérables à la libéralisation.

Le sous investissement chronique de l’université est compensé par le développement des appels à projet de l’Agence Nationale de la Recherche, ce qui soumet nos universités à un impératif de compétitivité, par la course à des ’labels’ type Idex et I-site, et qui force nos universités à chercher partout des financements, partenariats, y compris et surtout auprès d’entreprises privées.

À terme, ce qui est mis en danger est l’université comme service public au service de la collectivité, dont nous faisons partie en tant qu’étudiant·e·s. Les ’personnalités extérieures’ à l’université, présentes dans les conseils décisionnels, ne sont que la partie émergée de l’iceberg que constituent les intérêts privés qui souhaiteraient que l’université devienne un centre de formation. L’université devrait être un service public, à notre service.
Solidaires étudiant·e·s Clermont Auvergne refuse catégoriquement le fatalisme de l’abandon de nos universités par l’État. Alors que nous sommes de plus en plus nombreux·ses, le gouvernement n’a de cesse de ponctionner les budgets de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche.
Au niveau national, notre syndicat Solidaires étudiant·e·s a déjà fait savoir qu’il réclamait une rallonge budgétaire pour l’ESR à hauteur de 3 milliards par an.

Notre liste ’PLS — Pour une Liste Solidaire’ fera un état des lieux sur l’infiltration des intérêts privés dans l’Université Clermont Auvergne, qu’il s’agisse des personnalités extérieures ou des partenariats, notamment dans le cadre des appels à projets et des budgets, et nous nous opposerons à la professionnalisation de l’université et à l’abandon des départements qui résulteraient de ces choix budgétaires.



Article publié le 18 novembre 2018


Contact

Email : contact@solidaires-auvergne.org

28 rue Gabriel Péri 63000 Clermont-Fd

MEDIATHEQUE