SOLIDAIRES
Nous rejoindre Journalistes Membres
Dans le privé et le public, un syndicalisme de lutte pour la transformation sociale

Matériel militant national

Danone doit ouvrir les négociations en Turquie !

Tract Solidaires Industrie / Union syndicale Solidaires

Depuis le mois d’octobre 2014, les ouvrier-e-s de l’usine Danone de Lüleburgaz
(Turquie) et leurs représentants du syndicat Gıda İş/DİSK luttent pour l’ouverture de
négociations sur une nouvelle convention collective, mais les directions de Danone
Turquie et de Danone France font la sourde oreille, se cachent derrière de faux
arguments et bafouent la démocratie sociale !


Ces ouvrier-e-s, qui ont subi ces dernières
années des pertes de pouvoir d’achat et
d’emploi malgré les bénéfices, mais aussi une
dégradation de leurs conditions de travail, ont
démissionné du syndicat Tek Gıda İş, qui ne
défendait plus leurs intérêts depuis longtemps,
pour adhérer collectivement au syndicat Gıda İş/
DİSK, aujourd’hui le seul représenté dans
l’usine.

En dépit de ce vote unanime, le CA de Danone
refuse de reconnaître ce syndicat et d’ouvrir des
négociations avec les représentant-e-s élu-e-s
démocratiquement ! Pour justifier cela, Danone
se cache derrière la loi turque selon laquelle un
syndicat n’ayant pas 1% d’adhérents dans une
branche ne pourrait signer une convention
collective. Pourtant, les normes du Bureau
international du Travail (BIT), l’article 90 de la
Constitution de la Turquie et la loi relative aux
Contrats collectifs et des dettes permettent à un
syndicat d’être parti prenante au niveau local, à
partir du moment où les ouvriers lui ont donné
l’autorité en y adhérant. C’est le cas du syndicat
Gıda İş/DİSK, le seul qui représente l’ensemble
de ces ouvrier-e-s dans l’entreprise ! Pire,
l’ancien syndicat qui n’a plus un seul
représentant dans l’usine s’apprête à négocier
la convention collective !

La direction Danone France, intransigeante, n’a même pas daigné répondre aux
demandes conjointes de Gıda İş/DİSK et de Solidaires Industrie, membre de l’Union
Syndicale Solidaires. On ne peut pas d’un côté se targuer d’être une entreprise
« sociale », et d’un autre bafouer ainsi la démocratie sociale !
Danone doit respecter le droit international

Danone doit respecter les droits des ouvrier-e-s de Lüleburgaz

Danone doit respecter la démocratie sociale !

Documents à télécharger



Article publié le 15 janvier 2015