SOLIDAIRES
Nous rejoindre Journalistes Membres
Dans le privé et le public, un syndicalisme de lutte pour la transformation sociale

Actualités partenaires

Déchets nucléaires : « Nous sommes face à une crise mondiale »

Greenpeace

Quelques jours après une action démontrant la vulnérabilité de l’usine de la Hague, un rapport d’experts indépendants commandé par Greenpeace France met en lumière la quantité colossale de déchets nucléaires produite dans le monde et l’absence totale de solution fiable et sûre pour les gérer. Shaun Burnie, chargé de campagne de Greenpeace Allemagne, coordinateur de cette publication, revient sur les principaux défis que pose le lourd héritage des déchets radioactifs.

Sommes-nous réellement face à une « crise mondiale des déchets nucléaires », titre du rapport que vous avez coordonné ?

Shaun Burnie : Nous sommes effectivement face à une crise mondiale des déchets nucléaires qui touche l’ensemble de l’industrie nucléaire, mais qui est en grande partie dissimulée au public. Chaque pays qui a exploité ou continue d’exploiter des réacteurs nucléaires et des installations associées à cette énergie (extraction, traitement, enrichissement et retraitement de l’uranium) a un « héritage » de déchets nucléaires. Et aucun n’a trouvé de solution viable pour les gérer. Ce problème ne disparaîtra pas de sitôt, avec des matières radioactives qui resteront dangereuses pendant des dizaines, des centaines, voire des centaines de milliers d’années.

Les dangers sont multiples et dépendent du type de déchets. Par exemple, les millions de tonnes de déchets issus de l’extraction d’uranium resteront radioactifs pendant un million d’années, exposant les communautés en première ligne et l’environnement dans lequel ces déchets sont rejetés.

[...]

>> Déchets nucléaires : « Nous sommes face à une crise mondiale »



Article publié le 31 janvier 2019