SOLIDAIRES
Nous rejoindre Journalistes Membres
Dans le privé et le public, un syndicalisme de lutte pour la transformation sociale

Actualités partenaires

France. La police harcèle, tente d’intimider et agresse violemment les personnes qui aident les réfugié·e·s

Amnesty international

Les autorités françaises harcèlent, tentent d’intimider et agressent violemment les personnes qui offrent une aide humanitaire et un soutien sous d’autres formes aux migrants, aux demandeurs d’asile et aux réfugiés dans le nord de la France pour entraver délibérément les actions de solidarité, constate Amnesty International dans un nouveau rapport.

Intitulé La solidarité prise pour cible. Criminalisation et harcèlement des personnes qui défendent les droits des migrant·e·s et des réfugié·e·s dans le nord de la France, ce rapport montre comment les personnes qui aident les réfugiés et les migrants à Calais et Grande-Synthe sont prises pour cible par la police et la justice.

« Dans le nord de la France, il est de plus en plus risqué de donner de la nourriture aux personnes qui ont faim et d’apporter un peu de chaleur aux sans-abri car les autorités s’en prennent régulièrement à celles et ceux qui aident les migrants et les réfugiés, a déclaré Lisa Maracani, spécialiste des défenseur·e·s des droits humains à Amnesty International.

« Les migrants et les réfugiés n’ont pas disparu avec le démantèlement de ‘‘la Jungle’’ en 2016 ; plus d’un millier d’hommes, de femmes et d’enfants vivent toujours dans cette zone, dans des conditions précaires. Le rôle des défenseur·e·s des droits humains qui leur viennent en aide est primordial. »

Deux ans et demi après la destruction de la fameuse « Jungle », plus de 1 200 réfugiés et migrants, dont des mineurs non accompagnés, vivent sous des tentes et dans des camps informels aux environs de Calais et Grande-Synthe. Ils n’ont pas accès de manière régulière à de la nourriture, de l’eau, des installations sanitaires, un abri ni à une assistance juridique et font l’objet d’évacuations, de harcèlement et de violences de la part de la police.

[...]

>> France. La police harcèle, tente d’intimider et agresse violemment les personnes qui aident les réfugié·e·s



Article publié le 5 juin 2019