SOLIDAIRES
Nous rejoindre Journalistes Membres
Dans le privé et le public, un syndicalisme de lutte pour la transformation sociale

Actualités partenaires

Iran : une criminalisation systématique des défenseurs des droits humains

FIDH

Paris–Genève – Depuis longtemps cible du gouvernement iranien, les défenseurs des droits humains sont, depuis la fin de 2017, victimes d’un harcèlement judiciaire systématique. Un nouveau rapport publié par l’Observatoire pour la protection des défenseurs des droits de l’Homme, en collaboration avec le partenariat FIDH-OMCT, fait en lumière sur l’étendue de cette vague répressive.

Le rapport intitulé L’indéfendable : l’Iran et la criminalisation systématique des défenseurs des droits humains, décrit comment les défenseurs des droits – y compris les avocats des droits humains – sont régulièrement arrêtés sans motifs, maintenus en détention provisoire pendant de très longues périodes avant d’être jugés et ne sont pas autorisés à se faire représenter par la personne de leur choix. Ces défenseurs des droits humains sont régulièrement condamnés suite à des procès inéquitables et incarcérés dans des conditions inhumaines. Cette tendance à la criminalisation a pour objectif de contrôler leurs activités en faveur des droits humains et de saper leur liberté d’expression.

Le rapport se fonde sur l’analyse de 28 cas individuels étudiés par l’Observatoire en 2018 et au cours du premier semestre de 2019, et notamment les cas de militants et d’avocats célèbres tels que Nasrin Sotoudeh, Reza Khandan et Mohammed Najafi. Parmi les dossiers étudiés, 15 défenseurs sont des femmes et 13 sont des avocats des droits humains. Treize d’entre eux sont actuellement en prison et 15 sont menacés d’être de nouveau arrêtés très bientôt.

[...]

>> Iran : une criminalisation systématique des défenseurs des droits humains



Article publié le 26 août 2019