SOLIDAIRES
Nous rejoindre Journalistes Membres
Dans le privé et le public, un syndicalisme de lutte pour la transformation sociale

Actualités partenaires

L’Europe, construisons-la avec les exilé·e·s !

À l’approche des élections européennes du 26 mai, 5 associations européennes de soutien aux personnes exilées, Arci (Italie), Cear (Espagne), La Cimade (France), RSA (Grèce) et Pro Asyl (Allemagne) publient un manifeste commun. Elles dénoncent les dérives des politiques migratoires européennes et appellent les citoyen·ne·s et les candidat·e·s à se mobiliser pour construire une Europe solidaire avec les personnes exilées.

Le 26 mai 2019, les citoyens et citoyennes de toute l’Union européenne (UE) éliront leur·e·s futur·e·s représentant·e·s au Parlement européen.

Cette année les enjeux sont considérables. Les décisions prises à l’échelle européenne jouent en effet un rôle central dans la protection des principes fondamentaux de solidarité, de justice et de liberté qui sont à l’origine de la construction européenne. Or ces principes fondamentaux sont aujourd’hui menacés par des courants xénophobes qui se regroupent autour du rejet des personnes exilées, au mépris du respect des valeurs d’humanité. C’est à nous et à un Parlement européen fort de défendre ces principes fondamentaux de l’UE.

Partout en Europe, une société civile diverse et inventive s’organise pour accueillir, au nom des droits humains universels, celles et ceux qui sont à la recherche d’une protection. Des citoyen·ne·s agissent quotidiennement pour faire vivre des modèles de solidarité active et d’accueil des exilé·e·s. Des élu·e·s locaux s’engagent pour offrir un accueil digne dans leur ville et promouvoir des pratiques d’hospitalité. Ces innombrables initiatives sont la preuve de la volonté et de la capacité de nos sociétés à trouver des réponses dignes aux multiples questions de l’accueil et de l’accompagnement.

Tandis que ces initiatives se multiplient, les États de l’UE se déchargent de plus en plus de leurs responsabilités. En refusant d’accueillir dignement celles et ceux qui en ont besoin, ils mettent de côté leurs obligations européennes et internationales. En réponse aux mouvements populistes qui alimentent la peur et la xénophobie, les gouvernements invoquent une prétendue « crise des réfugiés ». Ils adoptent sans vergogne les mesures les plus radicales et dissimulent ainsi leur incapacité à œuvrer pour une Europe protectrice et solidaire.

[...]

>> Lire le suite sur le site de La Cimade



Article publié le 11 avril 2019