SOLIDAIRES
Nous rejoindre Journalistes Membres
Dans le privé et le public, un syndicalisme de lutte pour la transformation sociale

Solidaires Auvergne

LA VOIX DES SUD MICHELIN

Journal interne du Syndicat Sud Michelin France (n°1) daté du 29 juin 2017 en intégralité en PJ

quelques extraits ci-dessous

Clermont-Ferrand : une restructuration de plus !

Après la fermeture de l’atelier rechapage au mois de mai 2017 à la Combaude et la restructuration de la fonction ingénierie, Jean-Dominique SENARD annonçait le 9 mars 2017 une restructuration importante du groupe MICHELIN. Pas moins de 70 groupes de travail ont été constitués afin de définir la réorganisation décidée.

Malgré trois réunions à ce jour avec les Organisations Syndicales, rien n’a filtré sur le contenu exact de ce projet. Seul un parallèle entre la précédente organisation et la nouvelle a été abordé sur la base de l’annonce des nouvelles zones géographiques qui viendraient se substituer aux anciennes lignes produits car les activités ne seront plus demain axées autour d’un seul produit.

Aussi les fonctions commerces devront être en capacité de répondre à toutes les demandes des clients, du pneu vélo au pneu génie civil, par l’intermédiaire d’un seul interlocuteur. Ceci dans le but de faciliter les relations avec les clients.

Au prétexte de « mieux satisfaire les clients » MICHELIN saisi cette formidable opportunité de « dégraisser » les effectifs malgré son excellente santé financière.

22 juin 2017 : des emplois supprimés !

Près de 1 500 emplois seront supprimés dont 970 à Clermont-Ferrand et 450 aux États-Unis entre 2018 et 2021. Cette baisse des effectifs se fera en grande partie par des départs naturels ou basés sur le volontariat. La nouvelle organisation devrait se mettre en place à partir du début de l’année 2018.
290 postes de collaborateurs et cadres seront délocalisés vers des pays « low cost ».

Pour SUD, c’est un nouveau coup dur porté sur l’emploi en France et en particulier à
Clermont-Ferrand.
Ce ne sont pas les 250 nouveaux postes à très haute qualification en lien avec la haute technologie qui combleront cette énième destruction d’emplois.

La réduction des coûts et la profitabilité sont une obsession pour Michelin. Nous serons
vigilants sur le respect des engagements du Groupe avec cette réorganisation, sans départs contraints, qui risque fortement de dégrader les conditions de travail des salariés qui resteront dans l’entreprise.Une négociation d’un accord de méthode se déroulera au mois de juillet, puis nous
aborderons les mesures de départs à la rentrée.

La Rédaction

Gravanches : Production et difficultés en hausse.

Une augmentation de l’activité est en cours avec l’agrandissement de la salle des moules, l’accroissement de la capacité des changements de dimension, l’acquisition d’une machine d’uniformité ainsi que la mise en place d’une nouvelle SPRINT.

Tous ces aménagements posent d’énormes difficultés d’organisation et même parfois
de sécurité. MICHELIN a mis en place un groupe de travail qui est la solution « miracle » de l’entreprise.

Ladoux : Des locaux hi-tech c’est bien, de bonnes conditions de travail c’est mieux.

Les activités du site de Ladoux sont axées sur la Recherche et Développement Industriel (RDI), avec aussi des essais sur pistes ou sur des machines de tests, ainsi que des laboratoires de mesures physiques et chimiques. Le chantier Campus Phase 2 avance, les salariés devraient prendre possession des lieux en début d’année 2018.

Depuis quelques temps une baisse des effectifs avec un manque de formations dans les services d’essais et de mesures (GST/EM) engendrent une charge de travail importante pour les salariés ainsi que des retards dans les demandes clients.

SUD ne laissera pas les conditions de travail se dégrader pour des raisons économiques.

Combaude : Actionnaires 1 – Salariés 0

Depuis le 23 mai la production est arrêtée définitivement. Le démontage des machines n’a pas perdu de temps. Elles sont destinées pour les usines de STOKE ON TRENT - VALLADOLID et AVALLON. C’est encore un coup dur porté sur l’emploi à Clermont-Ferrand !

Cataroux : Inquiétudes sur l’avenir.

Un site de production qui a connu ses heures de gloire tant en termes d’effectifs que de production. Mais comme le dit la chanson d’Aznavour « les moins de vingt ans ne peuvent pas connaître ».
Il est urgent de réinvestir massivement sur cette usine qui peut et doit avoir un avenir !

On ne laisse pas mourir un site de production par une pyramide des âges favorable à MICHELIN. Et après, on nous fera des cours sur la responsabilisation ! n

Documents à télécharger



Article publié le 26 novembre 2017


Contact

Email : contact@solidaires-auvergne.org

28 rue Gabriel Péri 63000 Clermont-Fd

MEDIATHEQUE