SOLIDAIRES
Nous rejoindre Journalistes Membres
Dans le privé et le public, un syndicalisme de lutte pour la transformation sociale

Solidaires Auvergne

LA VOIX DES SUD MICHELIN NUMÉRO 6

numéro de décembre 2019 en PJ et ci-dessous

CLERMONT : Du mouvement aux Gravanches

Le site des Gravanches, spécialisé dans la production de pneumatiques Ultra Haute Performance avec des tailles égales ou supérieures au 19 pouces, fait face aujourd’hui à une très forte croissance des parts du marché.

En effet, le marché « Très Haute Performance » a doublé depuis 5 ans, ce qui favorise notre
site dans la prise de parts de marché. Fin avril, le site a dû arrêter la production afin de faire face à un sur-stockage à Chantemerle.

La Supply Chain ne s’attendait pas à un revirement de situation.

En effet, aujourd’hui, le contexte actuel (forte croissance des ventes et baisse considérable des stocks sur la première monte de certains grands constructeurs ainsi que les stocks de remplacement) fait que sur le deuxième semestre de l’année nous sommes amenés à augmenter considérablement notre production.

Le site a sollicité l’engagement de tous pour satisfaire les besoins des clients en termes de quantité, qualité ... :
• possibilité d’effectuer des heures supplémentaires ;
• possibilité de mettre des jours dans le CET (10 maximum).

Malgré un besoin bien présent de production, le site des Gravanches rencontre de grosses difficultés à recruter du personnel, et notamment sur des postes d’opérateurs de machines automatisées (GMT
et SPRINT confondues) ainsi que du personnel de la Fonction Technique. C’est une des raisons pour lesquelles nous accueillons du personnel d’autres sites tel que la Roche-sur-Yon.

Suite aux nombreuses demandes des élus SUD du site, certains investissements ont été réalisés sur de nombreux projets afin, notamment, d’améliorer la qualité de vie au travail des salariés :
• un nouveau vestiaire féminin à la fabrication avec plus d’espace et de casiers : complètement nécessaire au vu de l’augmentation du nombre de femmes au sein de l’atelier fabrication et afin de pouvoir continuer les embauches féminines ;
• un équipement pour les douches (claquettes et serviettes) comme dans les autres sites Clermontois, pour les personnes le désirant ;
• rafraîchissement des salles de pause pour le bien-être des salariés.

Pour SUD, l’amélioration de la qualité de vie au travail doit être une priorité qui doit avancer encore plus vite sans oublier l’augmentation de nos salaires au passage !

LADOUX : Sous-traitance pour quel avenir à Ladoux ?

Depuis plusieurs années, certains secteurs d’activités ont été confiés à la sous-traitance. Les services de gardiennage et de nettoyage sont pratiquement tous gérés par des entreprises extérieures. Ce sont
aujourd’hui des activités qui ont des relations avec le pneumatique qui sont confiées à ONET, à la SAFEN ou à des entreprises informatiques.

Le magasinage des pneus d’essais sur F43, le montage sur les véhicules d’essais à F40 ainsi que la maintenance de nombreux services informatiques sont là pour en attester sur le site de Ladoux.

Hier les arguments avancés par la Direction étaient qu’il ne s’agissait pas de « métiers coeurs » et par conséquent que nous n’avions pas d’intérêts ou de compétences particulières à exercer ces tâches.

Ce sont maintenant tous les secteurs d’activités qui sont potentiellement sous traitables car les métiers liés aux pneus sont concernés à leur tour.

DES PRATIQUES DESTRUCTRICES D’EMPLOI

Dans un contexte particulièrement tendu sur la baisse des frais de recherche, SUD s’inquiète de ces nouvelles pratiques qui seront à terme destructrices d’emplois.

Actuellement un essai de transfert d’activité est en cours sur GST à G25 Ladoux sur le secteur confection cuisson.

Le syndicat SUD et les salariés du secteur concerné s’inquiètent de ce changement de cap car
au-delà des problèmes de confidentialités et de sûretés, c’est peut-être la globalité de ces activités qui sera sous-traitée. En effet, si le pilote mis en place dans cet atelier fonctionne, pourquoi ne pas l’étendre au reste de l’activité ?

L’intérêt pour Michelin est de faire supporter la fluctuation des demandes aux sous-traitants qui n’auront d’autres alternatives que de s’adapter en permanence aux besoins des demandes d’essais aussi bien à la hausse qu’à la baisse.

De plus, que deviendront les salariés en charge de ces secteurs ? Auront-ils des possibilités de reclassement à la hauteur de leurs aspirations ou seront-ils obligés d’accepter le peu de postes à disposition sur Clermont-Ferrand ?

Il ne s’agit pas de verser dans le catastrophisme mais les emplois dans la catégorie agent ont été divisés par 10, à Clermont, dans les 30 années qui viennent de s’écouler et les perspectives annoncées ne viennent que confirmer cette tendance. C’est donc pour exercer notre droit d’alerte
que nous interpellons les salariés afin de réfléchir aux impacts de telles décisions qui, même si elles ne concernent actuellement que peu de salariés, conduiront à des changements irrémédiables qui mèneront à la perte de compétences et de savoirs.

CARMES :Le site des Carmes : destination « tertiaire »

Atelier GST/FD (Bât O9 et A13) Projet Genesis : transfert de l’activité de ces 2 ateliers sur le site de Ladoux à UDTC bât E4 dans l’année 2020. Le site des Carmes ne sera plus qu’un site totalement tertiaire !

COMBAUDEOMAT/MMS : Transfert d’un certain nombre d’activités non compétitives à LMA ou Olsztyn

Projet en cours pour la vente des anciens locaux du rechapage (partie Est du site) : plusieurs activités tertiaires et industrielles sont présentes dans cette partie (activités CCC OE, emplâtres rechapage poids lourds Europe, logistique et stockage pour MSP/SC et DORD/GST/FRA, infirmerie).
*Repositionnement d’activités sur le site de la Combaude notamment celle des emplâtres du rechapage poids lourd Europe (DLM).
*Les activités CCC OE et l’équipe douane France installées sur le site de la Combaude vont déménager sur le site du Brézet.

BRÉZET :Redonner du sens, une nécessité

Stand By sur le déménagement d’une partie des activités du Brézet sur le site de la Combaude à cause du projet de vente de bâtiments de ce site.

Depuis plusieurs mois, des rumeurs de réorganisations, restructurations, nouveau plan de départs volontaires … créent une atmosphère de stress dans tous les sites clermontois et pour tous les salariés de toutes les catégories.

Il est urgent de redonner du sens et de la visibilité au personnel dont le niveau d’inquiétude est à
son maximum !

CATAROUX : Vers un désert industriel ?

Depuis de nombreuses années le site de Cataroux a vu ses effectifs fondre, les activités du service Z avec le transfert des calandres et les groupes de mélangeage sur le site de Montceau pour ne conserver que le groupe 14 sont là pour attester de cette triste réalité.

Ce sont aujourd’hui les machines de C2 qui sont qualifiées d’obsolètes par la Direction. Sans un investissement substantiel dans un avenir proche les élus SUD s’interrogent sur la pérennité de cet atelier qui est la principale activité du site.

Quand on sait que les coûts de revient industriels sont des indicateurs essentiels pour nos dirigeants, on ne voit pas quel avenir pour le site de Cataroux.

Après les annonces de fermeture du site de Dundee en Écosse, de Bamberg en Allemagne et de La Roche-sur-Yon en France, les salariés s’inquiètent de leur avenir et de la sauce à laquelle ils vont être mangés eux aussi.

La nouvelle stratégie de Michelin est claire, produire à des coûts les plus bas possible avec le matériel le plus performant, tous ces éléments ne mettent pas Clermont-Ferrand et plus particulièrement Cataroux en position de force dans le bras de fer engagé avec les autres unités du groupe.

Même s’il est exact que nous sommes dans une entreprise mondiale, il n’en demeure pas moins que celle-ci à un devoir citoyen vis à vis des emplois.

DU MAUVAIS USAGE DU CICE

Les aides accordées aux entreprises françaises au travers du CICE (Crédit Impôt Compétitivité et pour l’Emploi) et du CIR (Crédit Impôt Recherche) devaient permettre d’aider à sauvegarder les emplois et permettre de faire baisser les frais de
recherche et d’innovation.

Au lieu de cela nos effectifs n’ont cessé de baisser, cherchez l’erreur ou le citoyen ! 

Ce ne sont pas les rumeurs de plus en plus incessantes sur Clermont Ferrand au sujet de
nouvelles baisses de ceux-ci qui vont rassurer les salariés.

Nos dirigeants ne cessent de dire qu’il faudra diversifier nos activités et que dans un avenir proche elles ne seront plus axées autour du seul pneumatique, et bien chiche pourquoi pas à Clermont-Ferrand ?

Page 1
Page 2.3
page 4.5
page 6.7
page 8

Documents à télécharger



Article publié le 29 décembre 2019


Contact

Email : contact@solidaires-auvergne.org

28 rue Gabriel Péri 63000 Clermont-Fd

MEDIATHEQUE