SOLIDAIRES
Nous rejoindre Journalistes Membres
Dans le privé et le public, un syndicalisme de lutte pour la transformation sociale

Actualités partenaires

La dette de l’Unedic : un pognon dingue pour les banques !

Expression AC !

Les banquiers, financiers capitalistes rusés, ont trouvé un moyen supplémentaire pour se faire un pognon dingue. Ils nous vendent – très cher – le médicament qui est censé soigner la maladie dont ils sont la cause. Ainsi de la « dette » de l’Unedic (1).

Au total on estime le nombre de chômeurs à plus de 6 millions pour une population active de 29 millions. 43 % seulement sont indemnisés par l’Unédic, pour un montant moyen d’environ 900 euros/mois. La « dette » de l’Unédic, elle, est estimée entre 33 et 36 milliards d’euros, suivant les interlocuteurs qui ne sont pas à quelques milliards près… Les intérêts versés représentent sur dix ans la bagatelle de 3 Mds, peu de choses… sauf s’il s’avérait que les taux d’intérêt venaient à remonter.

C’est terriblement logique et prévisible : le quasi-doublement du nombre de chômeurs depuis la crise de 2007/2008 (voir tableau ci-dessous), alors que les taux de cotisations sont restés constants depuis 15 ans, ne pouvait mener qu’à un profond déficit. Qu’importe ! Les libéraux ont la solution, la bonne, celle qui rapporte gros, la financiarisation fructueuse ! Le médicament pour remettre les chômeurs dans le bon chemin, celui des « quémandeurs » d’emploi, c’est la réduction programmée des allocations. S’il faut les affamer un peu pour les flexibiliser, c’est la loi du marché.

>> La dette de l’Unedic : un pognon dingue pour les banques !



Article publié le 5 décembre 2018