SOLIDAIRES
Nous rejoindre Journalistes Membres
Dans le privé et le public, un syndicalisme de lutte pour la transformation sociale

Solidaires Auvergne

La voix des SUD Michelin(n°2)

Lire l’intégralité en PJ

Le journal d’information Michelin, Oscar de la médiocrité ! qui permet à l’ensemble des salariés du Groupe Michelin de connaître notre regard sur l’actualité nationale mais aussi locale.

L’année 2017 se terminera avec la négociation salariale dont Michelin ferait bien l’impasse si elle n’était pas rendue obligatoire. Les inégalités se creusent avec une politique salariale absolument
pas en adéquation avec les résultats financiers de l’entreprise. Même si notre organisation syndicale peut se targuer d’avoir forcé l’entreprise à mettre une part d’équité dans la redistribution de l’intéressement ou de la participation, le compte n’y est toujours pas !

La justice sociale est l’ADN de SUD MICHELIN !

édito décembre 2017

Pendant toute la négociation sur « la réorganisation », l’entreprise a clairement fait le choix d’exclure une catégorie de son personnel des départs anticipés. Bien que celle-ci se soit engagée à donner des compensations aux salariés agents en contrepartie de l’exonération de charge de l’IFC dont bénéficie les salariés cadres et collaborateurs qui adhéreraient à ce plan de volontariat.

Michelin nous explique qu’en supprimant 970 postes sur Clermont-Ferrand, nous allons devoir
être plus efficace « pour servir nos clients », que la nouvelle organisation va permettre de faire face
à cela. Les élus SUD s’interrogent de la solution miracle qui va être mise en place.

Si effectivement le gain que représente la disparition de 970 postes est indéniable, celui de la surcharge de travail que cela va engendrer l’est tout autant.

L’entreprise a de plus en plus de difficultés à trouver des postes pour les agents inaptes à tous
postes ou en longue maladie, cependant elle n’a pas voulu évoquer des mesures compensatrices
qui auraient pu leur permettre de partir également de manière anticipée.

Une fois de plus Michelin a fait le choix de discriminer cette catégorie. Après avoir attendu
15 ans une part variable, fait l’objet de propositions d’augmentations de salaires annuelles
inférieures aux autres catégories, l’histoire se répète au travers de ces négociations.
SUD est intervenu pour dénoncer cette iniquité et faire remonter la frustration des salariés
exclus. Dans un contexte économique inégalé, l’entreprise avait les moyens financiers de
répondre aux attentes légitimes de tous ses salariés agents compris.

Le chantage à la signature !

Michelin a proposé lors de la deuxième réunion de négociations et face au blocage des organisations syndicales qui exigeaient une compensation pour les agents de prolonger les dispositifs de départs anticipés sous forme de chantage à la signature.
« Si les mesures d’accompagnement du PSE sont signées majoritairement, nous proposerons
un avenant à la GPEC sur une prolongation des mesures de fins de carrière. »

En conclusion, SUD regrette que l’intersyndicale ait « plié » si rapidement face à Michelin.

SUD signera cet accord après consultation de tous les militants qui ne souhaitent pas sans signature rendre caduque cette prolongation de la GPEC.

La Rédaction

Documents à télécharger



Article publié le 22 décembre 2017


Contact

Email : contact@solidaires-auvergne.org

28 rue Gabriel Péri 63000 Clermont-Fd

MEDIATHEQUE