SOLIDAIRES
Nous rejoindre Journalistes Membres
Dans le privé et le public, un syndicalisme de lutte pour la transformation sociale

Mobilisations nationales

Le 8 décembre, nous marcherons pour la justice et la dignité ! (Paris)

Solidaires s’associe à l’initiative de la #MarcheDesMamans de Mantes la Jolie. La répression dont ont été victimes les enfants de Mantes la Jolie en décembre dernier est restée dans toutes les têtes. Elle inaugurait des vagues de répression contre les Gilets jaunes et tout le mouvement social. Elle témoignait de la manière dont les institutions répressives peuvent s’en prendre à des jeunes d’un quartier populaire dans la plus pure tradition coloniale et guerrière. C’est pourquoi nous soutenons cet appel.

Le 6 décembre 2018, nous nous rappelons de ces images terribles, 151 enfants mis à genoux par les forces de l’ordre à Mantes-la-Jolie, et la voix de l’un des fonctionnaires de police "Voilà une classe qui se tient sage". Nous étions en plein mouvement lycéen, au moment où les Gilets jaunes prenaient leur essor. C’était un moment inouï, qui allait ouvrir un nouveau cycle de lutte, dans lequel nous nous trouvons aujourd’hui : au même moment se soulevaient les oublié•e•s de tous bords, lycée•ne•s des quartiers populaires (pas seulement à Mantes) d’un côté et, côté Gilets jaunes, travailleurs, travailleuses et précaires qui ne se trouvaient représenté•e•s par aucune structure politique ou syndicale. Le pouvoir a su qu’il assistait à un tournant, et il s’est vengé.

C’est ce qui a valu ce traitement odieux infligé à des enfants, traumatique pour beaucoup, dont la symbolique lugubre annonçait les outrances à venir du maintien de l’ordre et la mutilation systématique des manifestant•e•s qui affluaient de samedi en samedi.

Nous, syndicats, associations, partis, organisations politiques, nous répondons à l’appel des familles des lycée•ne•s de Mantes-la-Jolie à venir marcher au départ de Barbès le 8 décembre à leurs côtés. Parce que nous discernons trop bien, derrière l’humiliation, le rabaissement et le supplice infligé, non seulement l’injustice qui frappe les quartiers populaires au quotidien, qu’il faut continuer à combattre, mais aussi le signe d’une dérive autoritaire, ininterrompue et grandissante.

Nous, qui sommes investi•e•s dans des luttes syndicales, pour le climat, féministes, contre le néolibéralisme et la finance, nous voyons chaque jour la démocratie reculer, le droit de manifester remis en cause, l’incarcération des miliant•e•s et des manifestant•e•s se banaliser. S’opposer à cette escalade autoritaire, c’est commencer par se joindre aux victimes, à celles et ceux qui réclament des comptes à l’État. Nous marcherons le 8 décembre, au départ de Barbès, contre l’autoritarisme, le racisme, pour la démocratie et la dignité à 14h.



Article publié le 8 décembre 2019