SOLIDAIRES
Nous rejoindre Journalistes Membres
Dans le privé et le public, un syndicalisme de lutte pour la transformation sociale

Actualités partenaires

Le livre « indocile » qui dézingue l’idéologie libérale

Fondation Copernic

Paru dans Libération, par Thibaut Sardier et Nicolas Celnik / A travers plusieurs grandes questions théoriques et sujets d’actualité, le « Manuel indocile de sciences sociales » de la Fondation Copernic, coordonné par Philippe Boursier et Willy Pelletier, veut construire un nouveau récit collectif face à celui de la start-up nation.

Il aurait pu être qualifié d’insoumis, tant il est offensif dans sa critique du discours libéral dominant, faisant feu de toutes les armes scientifiques et rhétoriques offertes au chercheur-vulgarisateur honnête. Mais Philippe Boursier et Willy Pelletier ont préféré le mot « indocile » pour baptiser leur manuel de sciences sociales publié jeudi à La Découverte. Un viatique « résistant » pour bien marquer qu’ils ne sont inféodés à aucune chapelle politique, tout comme la Fondation Copernic à laquelle ils appartiennent et qui veut « remettre à l’endroit ce que le libéralisme fait fonctionner à l’envers ». Les deux directeurs de l’ouvrage, respectivement professeur de SES en lycée et sociologue à l’université de Picardie, ont sollicité jeunes chercheurs et universitaires confirmés, relus et épaulés par une armée de syndicalistes et de profs. « Vive le marché ? » interroge l’économiste David Cayla, tandis que la sociologue Yasmine Siblot demande ironiquement s’il n’y aurait pas « Trop de services publics ? » Eric Fassin et Mara Viveros Vigoya définissent la notion d’intersectionnalité, le sociologue Vulca Fidolini celle d’hétéronormativité… Le portrait de famille ne serait pas complet sans les incontournables Pinçon-Charlot qui s’attaquent à l’oligarchie.

[...]

>> Le livre « indocile » qui dézingue l’idéologie libérale



Article publié le 16 septembre 2019