SOLIDAIRES
Nous rejoindre Journalistes Membres
Dans le privé et le public, un syndicalisme de lutte pour la transformation sociale

Actualités partenaires

Marseille - Pour la fermeture du local fasciste

Collectif Unitaire Antifasciste de Marseille

Pendant près de 3 ans, les militant.e.s d’extrême-droite de l’Action Française Provence ont été à l’origine de heurts dans le quartier de la Plaine où se trouvait leur local : agressions, pressions et intimidations sur les voisin.e.s, nuisances sonores répétées lors de leurs réunions parfois quotidiennes, insécurité́, mais également privatisation de toute la rue, pour l’organisation de leurs conférences et autres réunions.

Les membres de ce groupuscule violent avancent désormais sous le label Bastion « social », et ont installé au 45 rue Fort Notre Dame leur local “le Navarin”, depuis le mois de mars 2018. Ce mouvement est une émanation du GUD, le Groupe Union Défense (une organisation étudiante d’extrême droite réputée pour ses actions violentes dans les années 1970) et rassemble des anciens de l’action française, et autres néonazis très violents. Deux fondateurs du Bastion « social » de Marseille ont été́ condamnés, le mercredi 27 juin 2018, à six mois de prison ferme et écroués à la maison d’arrêt des Baumettes suite à une agression raciste.

Le Bastion « social » se présente comme une organisation dite "sociale” et “populaire", mais l’aide aux plus démuni.e.s qu’il propose ne concerne que les personnes sans-abris de nationalité́ française et blanches. Sous cette couverture, c’est en réalité́ un réseau d’extrême droite qui s’implante depuis quelques mois dans plusieurs villes de France : Lyon, Strasbourg, Chambéry, Clermont-Ferrand, Lille, Aix-en-Provence, et Marseille.

[...]

>> Marseille - Pour la fermeture du local fasciste



Article publié le 17 décembre 2018