SOLIDAIRES
Nous rejoindre Journalistes Membres
Dans le privé et le public, un syndicalisme de lutte pour la transformation sociale

Actualités partenaires

Mwatana : La vie civile au Yémen se meurt

FIDH

Les pratiques des belligérants ont miné la vie civile au Yémen pour la cinquième année consécutive, tandis que les mesures pour dissuader les auteurs de violations et lutter contre l’impunité restent cruellement insuffisantes, a déclaré Mwatana for Human Rights lors du lancement de son rapport annuel 2018 aujourd’hui à Paris. Pour l’organisation yéménite de défense des droits humains, l’ampleur des violations des droits au Yémen souligne l’urgence de la création d’une commission d’enquête par le Conseil des droits de l’Homme de l’ONU en septembre prochain.

Le rapport annuel de Mwatana, Vie en péril : La situation des droits humains au Yémen en 2018 est basé sur des recherches et des enquêtes de terrain menées par les équipes de Mwatana for Human Rights, qui ont réalisé 2 065 entretiens en arabe avec des victimes, leurs proches, des témoins oculaires et du personnel médical et humanitaire.

Les parties au conflit ont sévèrement exacerbé la crise humanitaire. Les frappes aériennes et les bombardements ont tué et blessé des civils, touché des écoles, des hôpitaux, des établissements médicaux et du personnel médical. Le groupe armé Ansar Allah (Houthis), les forces soutenues par les Émirats arabes unis, les forces gouvernementales yéménites ont capturé, torturé et détenu arbitrairement des centaines de personnes. L’Arabie saoudite a détenu et maltraité des pêcheurs yéménites en Arabie saoudite.

[...]

>> Mwatana : La vie civile au Yémen se meurt



Article publié le 17 juillet 2019