SOLIDAIRES
Nous rejoindre Journalistes Membres
Dans le privé et le public, un syndicalisme de lutte pour la transformation sociale

Solidaires Auvergne

On vote #PLS — Pour une Liste Solidaire ! à l’UCA le 20 novembre

à partager massivement l’événement facebook :
https://www.facebook.com/events/275032479821862/

POURQUOI DES ÉLECTIONS ?

Le mardi 20 novembre auront lieu les élections aux conseils dits ’centraux’ de l’Université Clermont Auvergne (UCA)  : le Conseil d’Administration (CA), la Commission de la Formation et de la Vie Universitaire (CFVU), et la Commission Recherche (CR).

Ces conseils prennent les décisions politiques majeures qui nous concernent tou·te·s : budget, règlement des examens, de la vie associative… Ils ne sont malheureusement que des chambres d’enregistrement, où les étudiant·e·s sont minoritaires : seulement 16% d’élu·e·s étudiant·e·s en Conseil d’Administration (alors que nous représentons plus de 80% de la communauté universitaire), contre 23% de ’personnalités extérieures’ qui n’ont aucune légitimité et sont trop souvent, soit des soutiens muets de la présidence, soit des personnes du ’monde socio-économique’ qui défendent bien souvent les intérêts particuliers de leur entreprise.

Alors, pourquoi s’y présenter ?

Pour se faire entendre, et surtout informer les étudiant·e·s. Si les batailles ne se gagnent pas dans les conseils, y être présent·e·s nous donne des ressources : des informations pour se mobiliser, des tribunes pour s’exprimer, et même une plus grande légitimité pour aider des étudiant·e·s en difficulté au sein des commissions de l’université (commissions de discipline, FSDIE) ou dans leurs démarches face aux administrations (université, CROUS, préfecture...).

C’est pourquoi, à rebours des belles promesses qui peuvent être faites par les autres listes sans jamais que l’on puisse vérifier leur activité réelle dans ces conseils, nous nous engageons à publier des comptes-rendus de chacun de ces conseils où nous aurons l’occasion de siéger.

COMMENT VOTER ?

Ce mardi 20 novembre, des bureaux de vote ouvriront sur tous les campus, entre 9h et 17h (seulement jusqu’à 14h pour les sections de vote hors métropole clermontoise et IUT d’Allier). Pour voter, il suffit de se présenter à l’un de ces bureaux de vote avec sa carte étudiante.

QUI SOMMES-NOUS ?

Notre liste est impulsée par le syndicat Solidaires étudiant·e·s , qui articule une implication locale et la participation à des luttes nationales (contre la sélection à l’université, la réforme de la licence, la casse du Code du Travail…).

Nous sommes des étudiant·e·s investi·e·s dans la vie de nos campus et dans la défense quotidienne de chacun·e.

Nous voulons faire de l’université un lieu de vie, de démocratie, de partage scientifique, nous voulons améliorer nos droits et conditions d’études et lutter contre les discriminations.

Nous militons sans concession pour un enseignement supérieur public, gratuit, émancipateur, critique et résolument ouvert à tou·te·s.

BUDGET

L’Université Clermont Auvergne, depuis sa création en 2017, est en difficulté économique . Sous la menace d’une tutelle budgétaire à partir de janvier, l’université a demandé à toutes ses composantes de réduire leur masse salariale, ce qui signifie concrètement des suppressions de postes d’enseignant·e·s et de services universitaires, et donc des conditions d’études encore plus difficiles (TD surchargés, locaux en mauvais état…), voire la fermeture de formations, comme le master ’Communication et démocratie participative’ l’an dernier.

Il est hors de question que nos formations fassent les frais des politiques d’austérité des gouvernements  ; nous nous engageons à lutter contre toute baisse de dotations publiques au niveau national, et refuserons d’en cautionner les conséquences et de cogérer la dégradation de nos universités en participant à des arbitrages sur des coupes budgétaires.

DROITS ÉTUDIANTS

Depuis août 2018, la réglementation nationale sur la licence a changé : la compensation des notes entre deux semestres est supprimée dès la rentrée prochaine, celle entre les UE d’un même semestre n’est plus garantie, les rattrapages ne sont plus obligatoires et risquent d’être supprimés à moyen terme pour des raisons d’économies.

Enfin, la part du contrôle continu est renforcée au sein des diplômes, ce qui met en difficulté les étudiant·e·s dont certains droits (bourses, titres de séjour) sont conditionnés à leur ’réussite’. Quant au niveau master, il est bien plus difficile d’y accéder depuis l’instauration de la sélection en M1 en 2016 (à laquelle nous étions les seuls à s’opposer).

Nous nous opposerons sans concession à toute forme de recul de nos droits à l’UCA, et nous soutiendrons la possibilité d’en obtenir de nouveaux, par exemple en étendant les systèmes de compensation aux formations qui n’en bénéficient pas.

DISCRIMINATIONS

L’université n’est pas en-dehors de la société : trop souvent, des étudiant·e·s ou personnels sont victimes d’actes et propos sexistes, racistes, LGBTphobes… Ces actes et propos doivent être condamnés sans concession, car ils ont des conséquences terribles sur la vie des victimes et sur leur parcours à l’université.
Nous revendiquons la création et le développement de services indépendants au sein de l’université (cellules de veille...), gérés avec les personnes concernées, qui agissent pour sensibiliser les étudiant·e·s et personnels et pour accompagner les victimes de discriminations.

VIE DE CAMPUS

Nos lieux d’études sont aussi pour les étudiant·e·s des lieux de vie, et même d’engagement. Cependant, ils sont bien souvent inconfortables et peu propices à une vie universitaire épanouie, et les conditions sont loin d’être réunies pour permettre aux associations et initiatives étudiantes de se développer : réglementation limitative concernant les points d’affichage, la réservation d’espaces de l’université, gestion des espaces de vie étudiante (comme la MVE des Cézeaux) effectuée de manière opaque et peu collégiale.
Nous souhaitons impulser et accompagner la création de nouveaux locaux et d’espace de vie étudiante sur d’autres campus, notamment celui de Gergovia lettres ou de Carnot.

INDÉPENDANCE DE LA RECHERCHE

L’Université étant un lieu de production du savoir, il n’est pas surprenant de voir qu’elle est convoitée par les intérêts privés. Les manquements budgétaires de ces 10 dernières années dans l’enseignement supérieur sont d’autant plus graves qu’ils permettent aux entreprises de proposer des financements, par exemple pour sponsoriser des formations spécialisées dans leur domaine d’industrie. Or, ceci met gravement à mal la recherche et à son indépendance vis-à-vis de tout intérêt particulier.
Nous rejetterons donc radicalement toute tentative d’immixtion du privé au sein de nos formations, au sein des conseils... Notre savoir doit être au service de tou·te·s et non de l’exploitation.



Article publié le 14 novembre 2018


Contact

Email : contact@solidaires-auvergne.org

28 rue Gabriel Péri 63000 Clermont-Fd

MEDIATHEQUE