SOLIDAIRES
Nous rejoindre Journalistes Membres
Dans le privé et le public, un syndicalisme de lutte pour la transformation sociale

Solidaires Meurthe-et-Moselle - 54

POUR LA REPRISE DES MOBILISATIONS : C’est nous qui imposerons le jour d’après !

Après près de deux mois de confinement, Macron et son gouvernement ont décidé de manière précipitée et contre l’avis d’une grande partie de la communauté scientifique et médicale, la reprise de l’activité économique et la réouverture des écoles (lire ici… les revendications de Solidaires sur le déconfinement).

Cette décision fait passer les intérêts capitalistes avant l’humain, avant la santé et le souci de donner les moyens de vivre à la population, notamment aux plus précaires. Les employeurs ont a présent tout le loisir de renouer avec leurs profits, de réorganiser le travail, de remettre la pression sur les salarié·es, alors qu’on demande à la population de continuer à se restreindre dans ses déplacements, que la vie sociale et culturelle reste confinée, que les libertés démocratiques et les droits syndicaux restent réduits.

Nous n’acceptons pas ce deux poids deux mesures. Alors que « l’état d’urgence sanitaire » est prolongé, le patronat est à l’offensive : outre les mesures d’exceptions prises pendant le confinement, le voilà qui avance des attaques sur le temps de travail, sur les congés, et des député·es de proposer que les salarié·es offrent des jours de congés aux soignant·es alors que ces derniers attendent légitiment des revalorisations de salaire, des embauches et tout simplement de récupérer ou qu’on leur paye leurs heures supplémentaires. Alors que les rassemblements restent interdits, nos camarades poursuivis pour des actions pacifiques pendant la mobilisation contre le projet de réforme des retraites reçoivent leurs convocations (voir ici...). Il n’est pas question pour nous de les laisser seul·es face à la répression.

Allons-nous accepter une situation dans laquelle les gens reprennent les transports en commun, vont au boulot, partagent une machine à café, font des courses parfois inutiles, sont convoqués au tribunal ou au commissariat pour leur action militante, sans que soient rétablis ou que nous rétablissions de fait des droits et libertés démocratiques fondamentales telles que les réunions syndicales, les rassemblements et les manifestations à l’extérieur, pour lesquelles le port du masque, les gestes barrières et le respect de la distanciation ne nous semblent pas plus aberrants que dans un métro, dans une salle de classe, sur un chantier ou dans un centre d’appel.

Après avoir applaudi les soignant·es, soutenu les services publics, hurlé notre colère contre le gouvernement, accroché des banderoles aux balcons et réfléchi au jour d’après, il est temps de réclamer vraiment le développement des services publics et de la protection sociale, que le gouvernement rende des comptes, de décrocher les banderoles et de les brandir pour de vrai, de nous organiser pour construire le monde d’après.

Dans la foulée des appels récents des travailleur·euses de la santé puis de la culture (#baslesmasques), après des premières initiatives bienvenues de rassemblement les 1er et 11 mai, à chacun·e d’entre nous de passer à l’offensive, pour qu’il n’y ait pas de retour à l’anormal, pour empêcher le cauchemar capitaliste rêvé par le patronat et son gouvernement.

Sur nos lieux de travail, dans nos syndicats et collectifs, respectons et exigeons les mesures de protection sanitaire, mais ce faisant, organisons-nous et rejoignons les initiatives de mobilisation.

Documents à télécharger



Article publié le 16 mai 2020


Contact

Pour joindre Solidaires 54 écrivez à :
solidaires54@gmail.com

Pour nous suivre sur Facebook :
Solidaires 54

Pour suivre la page Facebook de
Précaires Solidaires 54

Pour joindre les conseillers du salarié de Solidaires 54, cliquez ici...


Union syndicale Solidaires 54
4 rue de Phalsbourg
54000 Nancy
Tel : 03-83-35-01-48
Contactez-nous prioritairement par mail.

MEDIATHEQUE