SOLIDAIRES
Nous rejoindre Journalistes Membres
Dans le privé et le public, un syndicalisme de lutte pour la transformation sociale

Mobilisations locales et sectorielles

(Paris) Réunion : Ordre et désordre des territoires

Ordre et désordre des territoires
Réunion, le samedi 18 janvier à Paris (Maltais rouge, 40 rue de Malte)
Organisée par le Réseau Se fédérer pour l’émancipation, dont Solidaires est membre

L’organisation de nos territoires crée des inégalités et des ségrégations sociales (logement, emploi, niveau de vie, transports, services publics…), détruit la nature, les espaces naturels et agricoles (routes, urbanisation en tache d’huile, circulation...) et pourrit notre cadre de vie. Elle rend la démocratie impossible (conception monarchique, élections indirectes, complexité des organisations et manque de transparence).

Des réflexions, des mobilisations contre ce désordre ont lieu : luttes contre des projets écologiquement et socialement désastreux (des sans-terre brésiliens aux ZAD…), expériences locales (villes en transition, communes en autogestion).En nous référant à ces mouvements, nous nous interrogerons : comment « refaire » territoire ?Quelles coopérations égalitaires et solidaires dans les territoires ? Comment préserver le vivant, protéger et réenchanter notre environnement ? Comment réinventer la démocratie à toutes les échelles ?

L’organisation territoriale est le produit d’un ordre social et politique à l’échelle de la planète.

Face à une conception néolibérale organisée autour d’une hiérarchie de métropoles, où le Sud est laissé à son sort (paupérisation des campagnes, entassement urbain prélude à migration vers le nord…), nous nous interrogerons à partir des luttes, des mobilisations et des réflexions qu’elles suscitent sur

• une nouvelle articulation entre le local et les coopérations nécessaires aux échelles supérieures permettant l’autonomie et la solidarité des territoires, garantissant une démocratie active, préservant le rural, la nature et notre environnement

• les spécificités et similitudes des villes du Nord et du Sud, les solidarités à mettre en œuvre.

Nous nous appuierons entre autres sur les débats régionaux où des habitant.es auront échangé cet automne sur ce qu’ils/elles vivent, les expériences et luttes qu’ils/elles mènent, et les alternatives envisagées, ainsi que sur les dossiers des revues « Cerises, la coopérative » et « Contretemps ».



Article publié le 18 janvier 2020