SOLIDAIRES
Nous rejoindre Journalistes Membres
Dans le privé et le public, un syndicalisme de lutte pour la transformation sociale

Solidaires Auvergne

Prise de Parole Solidaire à la manifestation du 11 février à Clermont-Ferrand

Nous nous sommes rassemblé-es devant le commissariat pour soutenir nos camarades du SNES-FSU. Ces deux enseignants syndicalistes sont convoqués, comme les précédents, Didier de SUD éducation et Fred de la CGT éduc’action, Anna et Paco de l’UNEF et Maxime, lycéen pour avoir participé au refus des E3C au lycée Blaise Pascal le 18 janvier.

Ils ont aussi reçu une lettre du rectorat les menaçant de sanctions administratives. Pourtant, le Recteur continue d’affirmer que les syndicalistes ne sont pas visés particulièrement ! De qui se moque t-il ? Nos chefs se déshonorent à porter plainte contre des élèves, des étudiant-e-s et enseignant-e-s qui ne font que défendre l’égalité devant le baccalauréat.

Ce sont à la fois des personnes et leur organisation syndicale respective qui sont attaquées pénalement et par leur administration !

Et le cas de Clermont-Fd est loin d’être isolé.

Cette répression anti syndicale, systématique et sans fard, est à l’œuvre dans d’autres secteurs et sur tout le territoire.
La jeunesse est particulièrement touchée. La réforme des lycées tente de s’appliquer sous surveillance policière. En France, en 2020, des lycéens ont été gazés, matraqués, gardés à vue pour refuser ce bac injuste et dont les E3C se passent dans des conditions inadmissibles. C’est intolérable ! Nous ne l’accepterons pas !

Non content d’être sourd à nos revendications , Blanquer, restera dans les mémoires comme le ministre de la casse de l’école publique et de la répression contre enseignants et élèves ! Et toute la hiérarchie de inéducation Nationale, obéit doigt sur la couture du pantalon à ce ministre autoritaire.

Partout en France, la démocratie recule mais ils ne nous ferons pas taire !
Nous sommes debout, le poing levé, fiers de nos luttes !

Face à notre détermination, aux désaveux successifs notamment du très modéré conseil d’État et aux mensonges révélés les uns après les autres, le gouvernement n’a plus aucune crédibilité !

Plus personne ne peut croire que leur contre réforme a d’autres objectifs que nous faire travailler plus longtemps pour des pensions diminuées tout en développant les fonds de pensions.
Le gouvernement, aux abois, ne tient que par la force.

Représentant-es syndicaux, militant-es antifascistes, Gilets jaunes, militant-es des associations pour le climat, lycéen-es, étudiant-es.… toutes celles et tous ceux qui résistent sont en butte à la répression et aux intimidations.

Au-delà des retraites, notre combat exprime un ras-le-bol généralisé et une volonté commune de dire stop à la politique gouvernementale et au monde que l’on veut nous imposer, stop aussi au mépris de celles et ceux qui ont le pouvoir !

La contestation est générale , à l’image de celle des Gilets jaunes, prenant de nouvelles formes, rejetant un système dans lequel les perdant-es sont la masse et les gagnant-es une poignée de nanti-es.

Alors, en s’y mettant toutes et tous, en ne laissant aucun répit au gouvernement et à toutes celles et tous qui le représentent, on va gagner !

Nous n’avons pas dit notre dernier mot !

Réunissons-nous partout où c’est possible pour mobiliser encore, multiplions les actions, soyons combatifs… et faisons du jeudi 20 février une journée de grève massive.

Documents à télécharger



Article publié le 12 février 2020


Contact

Email : contact@solidaires-auvergne.org

28 rue Gabriel Péri 63000 Clermont-Fd

MEDIATHEQUE