SOLIDAIRES
Nous rejoindre Journalistes Membres
Dans le privé et le public, un syndicalisme de lutte pour la transformation sociale

Solidaires Meurthe-et-Moselle - 54

Prise de parole 1er mai 2019

Le 1er mai est une journée de lutte internationale pour la justice sociale et la solidarité. C’est un symbole toujours vivant. Cette journée n’est pas « la fête du travail ». Ce n’est pas « juste un jour chômé ». Car il s’inscrit dans une histoire sociale, depuis que le 1er mai 1886, les travailleur·euses de Chicago et de tous les Etats-Unis se levaient pour réclamer plus de justice sociale, un temps de travail réduit, des conditions de travail décentes, bref une vie digne d’être vécue. La police leur répondait par les armes.
Ce jour est un moment de solidarité entre toutes celles et ceux qui luttent pour leurs droits : comme ces dernières semaines en Algérie, avec les enseignant·es polonais-es en grève depuis un mois, les travailleurs·euses du Brésil face à la dictature de Bolsonaro, en Turquie, en Palestine, en Hongrie, mais aussi avec les travailleur·euses sans papiers ici en France qui veulent l’égalité des droits.
Ici, en France, ce 1er mai s’inscrit après plusieurs mois d’une intense mobilisation des salarié·es, chômeur·euses, retraité·es, étudiant·es, syndiqué·es ou en gilets jaunes. Tous demandent un véritable partage des richesses que nous produisons. A cela, Macron ne répond rien :
• Il préserve les avantages fiscaux pour les plus riches, pour celles et ceux qui ont déjà trop !
• Ses mesurettes pour le pouvoir d’achat, ne sont pas des augmentations de salaires. Nous ne voulons pas des miettes, mais des salaires dignes !
• Il n’annonce aucune mesures concrètes pour la transition écologique, son discours en faveur de l’environnement, c’est du vent !
• Il parle de moratoire sur la fermeture d’écoles et d’hôpitaux, mais il continuera à fermer des classes, des services hospitaliers, des bureaux de postes, des agences de services publics, il continuera à restructurer, à fusionner, à remplacer les agents par des sites internet. De qui se moque-t-on ?
• Il maintient les attaques de tous les droits que nous avons conquis par la lutte : le statut de la fonction publique, le droit à la retraite, l’indemnisation chômage, le droit et le temps de travail, les prestations sociales, le droit à l’éducation. Le casseur c’est lui !
• Et face à la contestation, il réprime, justifie l’utilisation d’armes qui blessent, mutilent et tuent en manifestation et dans les quartiers populaires.
Cette politique qu’il maintient alimente encore le désarroi et pousse une partie de la population dans les bras de l’extrême droite, alors que cette dernière a toujours été l’ennemie des salarié·es. Macron a beau jeu de se présenter comme rempart, ses mesures sont antisociales et sa politique migratoire est raciste.
Pour l’Union syndicale Solidaires, nous souhaitons faire de ce 1er mai une étape importante pour imposer une autre politique, basée sur la justice sociale, fiscale et écologique, pour l’égalité des droits, pour les libertés et contre les violences policières. Aujourd’hui, dans toute la France, nous manifestons ensemble, syndicalistes et gilets jaunes. L’unité de tous est plus qu’urgente !
Avec les gilets jaunes, l’hiver fût chaud ; tous ensemble, faisons bouillir le mois mai !
Fin du monde, fin du mois ; gilets jaunes, syndicats ; même colère, même combat



Article publié le 1er mai 2019


Contact

Pour joindre Solidaires 54 écrivez à :
solidaires54@gmail.com

Pour nous suivre sur Facebook :
Solidaires 54

Pour suivre la page Facebook de
Précaires Solidaires 54

Pour joindre les conseillers du salarié de Solidaires 54, cliquez ici...


Union syndicale Solidaires 54
4 rue de Phalsbourg
54000 Nancy
Tel : 03-83-35-01-48
Contactez-nous prioritairement par mail.

MEDIATHEQUE