SOLIDAIRES
Nous rejoindre Journalistes Membres
Dans le privé et le public, un syndicalisme de lutte pour la transformation sociale

Actualités partenaires

Une énergie verte bien sale

Article Confédération paysanne

En Haute-Vienne, un projet de méthaniseur géant couplé à une ferme usine d’élevage bovin rencontre l’opposition des habitants à laquelle s’associe la Confédération paysanne.

En 1989, une société agroalimentaire italienne rachète le Domaine de Berneuil, une ferme herbagère et bocagère de 550 ha, située dans le nord de la Haute-Vienne et vouée à l’élevage ovin. D’emblée, les haies et les arbres sont arrachés pour créer de grandes parcelles, 450 ha sont drainés, des retenues sont créées pour irriguer 250 ha de maïs.
La SCEA du Domaine de Berneuil engraisse des broutards pour le marché italien sur deux sites pouvant contenir 2500 bovins. Bien qu’elle ait été en 2004 l’élevage le plus primé de France par la Pac - 430 000 € - la ferme-usine de Berneuil peine à trouver son équilibre financier (1). En 2013, Georges Delachaux rachète le domaine de désormais 700 ha avec l’aide d’une holding dont il est le propriétaire et qui pèse 60 millions d’euros. Pas vraiment un paysan comme les autres ! Mais un investisseur, conscient de la faible rentabilité de la ferme, attiré par l’aubaine que constituent les subventions et les tarifs préférentiels de rachat de l’électricité d’origine agricole. Le nouvel installé construit donc de nouveaux bâtiments photovoltaïques et en 2017, dépose une demande pour la construction d’un méthaniseur d’une capacité de 58 tonnes de biomasse par jour (2).

[...]

>> Une énergie verte bien sale



Article publié le 16 octobre 2017