SOLIDAIRES
Nous rejoindre Journalistes Membres
Dans le privé et le public, un syndicalisme de lutte pour la transformation sociale

SUD Commerces et Services

(Vidéo) Action Sud Commerce TPE

SALARIEES D’UNE TPE BAFOUEES, SUD COMMERCE MOBILISE !

Aline travaille avec deux autres collègues chez un chausseur indépendant sur Paris. Sa grossesse se passerait au mieux si son employeur la faisait suivre par le médecin du travail, inexistant dans l’entreprise et faisait preuve un tant soit peu de considération à l’égard de son état de santé.

Pire encore, ce dernier, après l’avoir mis à pied, la convoque quelques jours avant Noël pour la licencier, après une précédente tentative le mois dernier, pour « faute grave » en raison de quelques retards et d’une prétendue inimité avec le reste de l’équipe et de l’encadrement. L’éloignement du domicile d’Audrey ? Sa fatigue ? Connaît pas !

La vérité est plus crue : c’est au tour d’une autre employée d’être convoquée, cette fois-ci en vue d’un licenciement pour motif économique, puis, pour finir, à la troisième et dernière d’entre elles de se voir mettre fin à sa période d’essai…

Révolté par les agissements de l’employeur qui veut tout bonnement fermer sa boutique sur le dos de ses employées, le syndicat décide de s’inviter sur place le jour du premier entretien préalable : une dizaine de militant-es de SUD Commerce prennent place dans la boutique à l’heure du déjeuner, non sans avoir redécoré sa vitrine avec quelques slogans de circonstance, où les attend déjà Audrey et le Conseiller du salarié Solidaires qui l’assiste.

Le patron, qui s’est déplacé de Corse pour l’occasion, lieu du siège social de l’entreprise, fait la tête et a les oreilles qui sifflent, tout comme la responsable réseau, venue pour l’occasion, qui se retrouve mal à l’aise quand il est fait appel à sa fibre maternelle. La police, appelée par ce dernier, vient par la suite compléter ce décor. L’entretien a quand même lieu avec un employeur qui a ravalé sa superbe et qui est prévenu : si Aline est virée, ses autres magasins seront à leur tour visités et les Prud’hommes saisis d’une action en nullité de son licenciement.

Epilogue : les trois salariées se sont vus mettre fin peu après à leur contrat dont celle enceinte, licenciée la veille de Noël… Notre colère reste intacte, les Prud’hommes ont été depuis saisis et se prononceront sur la demande de réintégration de cette dernière, défendue par notre syndicat, le 8 février prochain.

https://solidaires.org/IMG/mp4/acti...

Documents à télécharger



Article publié le 13 janvier 2017


Contact

Tél : 06.78.53.35.77
Email : fdsudcommerce@yahoo.fr


Adresse postale
Fédération SUD Commerces et Services
31 rue de la Grange aux Belles
75010 Paris

Réseaux Sociaux



MEDIATHEQUE