SOLIDAIRES
Nous rejoindre Journalistes Membres
Dans le privé et le public, un syndicalisme de lutte pour la transformation sociale

Actualités internationales

Visite de Macron en Chine : le président va-t-il vendre d’autres canons à eau français pour réprimer les manifestations à Hong Kong ?

Le président sera en visite en Chine à partir du 4 novembre. La France sera même « l’invitée d’honneur » à la Foire aux importations de Shanghaï. L’intention est donc claire : c’est une visite commerciale, qui fait de la Chine un partenaire comme les autres, indépendamment du fait que le régime réprime très violemment la mobilisation pour la démocratie à Hong Kong. Les droits humains passeront après les intérêts d’Airbus, Orano (ex-Areva) et probablement ceux de l’entreprise française, Armoric Holdings qui fabrique des canons à eau pour réprimer les manifestations.

En effet, depuis le mois de juin, la population de Hong Kong est très majoritairement en lutte pour défendre et étendre ses libertés. Elle exige notamment le droit de pouvoir élire au suffrage universel les pouvoirs exécutif et législatif de Hong Kong.

Refusant obstinément de satisfaire ces revendications élémentaires, le pouvoir répond par une répression croissante.

Il utilise notamment à cet effet de redoutables "canons à eau" projetant en fait un liquide bleu indélébile permettant de "marquer" puis arrêter et poursuivre éventuellement en justice les personnes visées.

Ce liquide bleu est par ailleurs hautement toxique : il peut notamment causer des lésions graves aux yeux, à la gorge et aux poumons. Sans compter les risque de blessures que peuvent provoquer les jets à haute pression de ces canons à eau.

L’ensemble de la population de Hong Kong est en fait menacée par ce type de matériel : le 20 octobre, une mosquée devant laquelle aucun manifestant.e n’était pourtant présent.e a également prise pour cible, et deux personnes ont été blessées.

Ces "canons à eau" sont fabriqués en France par l’entreprise à Armoric Holdings située à Saint-Nazaire. Avec les organisations syndicales et associatives hongkongaises, nous demandons donc au gouvernement français de mettre un terme à l’exportation et à la maintenance de telles armes.

Dans ce cadre, Solidaires soutient la pétition suivante proposée par un comité de hongkongais.es résidant en France : "Je demande l’interdiction de l’exportation de canons à eau français vers Hong Kong"

Signatures à envoyer à librehk@gmail.com

Documents à télécharger



Article publié le 4 novembre 2019