"Les jeunes d’aujourd’hui ne veulent plus travailler"