Marches pour le climat



Malgré les dizaines de tribunes, d’appels publiées, le changement de trajectoire nécessaire à une lutte efficace n’a pas encore eu lieu.

Nous sommes aujourd’hui au stade où un autre monde est nécessaire.

Cette nouvelle journée d’action et de mobilisation pour le climat s’inscrit dans la continuité de celles du 8 septembre et du 13 octobre qui ont vu des dizaines de milliers de personnes se mobiliser sur tout le territoire et pour beaucoup pour la première fois.

Cette journée s’inscrit également dans une situation sociale marquée par la mobilisation des gilets jaunes qui rejoint, pour certaines, les préoccupations et les revendications liées à l’urgence climatique.

Les mots d’ordre généraux du 8 décembre seront l’alarme climatique et le réveil citoyen.

Les mobilisations se préparent essentiellement via les réseaux sociaux avec le soutien d’organisations déjà impliquées sur les questions écologiques.

Pour Paris, la manifestation partira de la place du Trocadéro à 14h00 pour arriver Place Joffre (Champ de mars coté Mur de la paix).

En fichiers joints, les visuels

Le 8 décembre, sonnons l’alarme climatique


Tribune, signée par plus de 60 structures, publiée sur France info le 3 décembre 2018

Le 8 décembre, sonnons l’alarme climatique. Associations et syndicats s’engagent à rejoindre les mobilisations du 8 décembre et appellent à amplifier le réveil citoyen pour la justice sociale et écologique.

En décembre 2015, alors que les chefs d’Etats célébraient la signature de l’Accord de Paris, le mouvement pour la justice climatique se mobilisait pour dresser des lignes rouges et pointer l’insuffisance des engagements des États pour limiter le réchauffement mondial à 1,5°C. Trois ans après, le compte n’y est toujours pas et nous n’avons pas le luxe d’attendre. Les conséquences dramatiques des dérèglements climatiques sont déjà là et les populations les plus vulnérables en sont les premières victimes, au Nord comme au Sud.

"L’inefficacité de la politique des petits pas d’Emmanuel Macron est évidente"

Si la prise de conscience individuelle et les petits changements du quotidien constituent un premier pas, ceux-ci ne doivent pas faire oublier l’urgence d’un changement de cap des politiques publiques. Le dernier rapport du GIEC est clair : si les pays veulent respecter leurs engagements en matière de climat, ils doivent laisser les combustibles fossiles dans le sol et réorienter les politiques publiques vers une transition juste, qui protège les populations affectées par les impacts du changement climatique et ne laisse personne de côté.

En décembre 2017, lors du One Planet Summit, organisé par Emmanuel Macron, nous nous étions rassemblés pour rappeler que "Pas un euro de plus" ne devait aller aux énergies fossiles. Un an après, le message n’a pas été écouté. L’inefficacité de la politique des petits pas d’Emmanuel Macron est évidente, surtout quand elle ignore la dure réalité quotidienne des plus pauvres, s’accompagne de mesures fiscales favorables aux plus riches et refuse de faire payer les plus gros responsables des dérèglements climatiques. La hausse du prix des carburants est l’une des mesures nécessaires pour accélérer la baisse des émissions de gaz à effet de serre. Mais celle-ci ne pourra être prise au sérieux si elle ne répond pas aux enjeux de justices sociale et fiscale grâce notamment à une redistribution des recettes de la taxe dans la transition et des mesures d’accompagnement pour celles et ceux qui n’ont d’autres choix que de prendre leur voiture pour se déplacer. C’est ce que montre en grande partie la colère exprimée par les "gilets jaunes".

"Il est encore temps d’agir"

Le silence gêné d’Emmanuel Macron face aux catastrophes climatiques en cascade de l’été 2018, la démission de Nicolas Hulot ou encore le rapport du GIEC ont provoqué une vague de mobilisation citoyenne pour le climat sans précédent. Plus de 130 000 personnes ont marché pour le climat les 8 septembre et 13 octobre derniers dans toute la France. Qu’elles soient locales ou nationales, petites ou grandes, chaque jour de nouvelles mobilisations, initiatives et actions se dessinent ici et là. Leur succès dépend de leur spontanéité et de leur créativité mais aussi de leur capacité à rassembler des milliers de personnes, des dizaines d’organisations, mouvements et réseaux pour rappeler l’urgence et dire haut et fort qu’il est encore temps d’agir. Les marches du 8 décembre prochain s’inscrivent à nouveau dans cette démarche.

Nos organisations soutiennent cette dynamique qui participe à la construction d’un nouveau rapport de forces avec les décideurs publics. Nous souhaitons contribuer à l’amplification du réveil citoyen afin de reprendre le contrôle et engager une transition énergétique plus ambitieuse et plus juste, à la hauteur de l’urgence climatique.

Il est encore temps d’agir pour :

➔ réorienter les politiques publiques vers une transition juste, qui ne laisse personne de côté partout dans le monde
➔ accélérer la transition dans les territoires, dans la production d’énergies renouvelables locales, dans les transports, dans l’habitat
➔ favoriser la création de millions d’emplois pour le climat et accompagner socialement les nécessaires mutations industrielles
➔ faire payer les véritables responsables et refuser les fausses solutions comme le nucléaire ou la géoingénierie
Plus de 120 marches le 8 décembre prochain

Le 8 décembre, en pleine COP 24, plus de 120 marches sont déjà prévues en France et l’étranger pour faire sonner l’alarme climatique. Cette mobilisation sera riche de la diversité des citoyen.ne.s, organisations, réseaux et mouvements qui s’y impliqueront. Nous invitons toutes celles et ceux qui partagent notre constat à rejoindre les marches.

Liste des signataires : Alain Duez, L’âge de faire - Alexandra Lutz, CliMates - Alfredo Pena-Vega, GlobalYouthClimatePact - Anne-Laure Paty, Zero Waste France - Audrey Pulvar, Fondation pour la Nature et l’Homme - Aurélie Trouvé, Attac France - Bastien Sibille, Mobicoop - Benoît Faucheux, CCFD-Terre Solidaire - Bernadette Groison, FSU - Birthe Pedersen, ActionAid France - Peuples Solidaires - Camille Charbonnière, Ende Gelaende Paris - Cécile Duflot, Oxfam France - Claire Hédon, ATD Quart Monde - Clémence Dubois, 350.org - Clotilde Bato, SOL, Alternatives Agroécologiques et Solidaires - Damien Deville, AYYA - Diallo Koundenecoun, Droits Ici et Là-bas - Dominique Soeur, TODESOL - Elliot Lepers, Le mouvement - Emmanuel Poilane, CRID - Emmanuel Soulias, Enercoop - Eric Beynel, Union syndicale Solidaires - Florent Compain, Les Amis de la Terre France - Héloïse Chiron, Résistance à l’agression publicitaire - Ibrahim Mbamoko, Carre Geo & Environnement France - Jean-François Julliard, Greenpeace France - Jean-François Quantin, MRAP - Jean-Louis Marolleau, Réseau Foi et Justice Afrique Europe - Jean-Pierre Crémoux, Les Amis du Monde Diplomatique - Jérémie Chomette, France Libertés - Julie Potier, Bio Consom’Acteurs - Julie Stoll, Commerce Equitable France - Kévin Jean, Sciences citoyennes - Laure Pascarel, Utopia - Loïs Mallet, REFEDD - Marie Toussaint, Notre affaire à tous - Mohammed Bazza, IDD - Monique Dental, Réseau Féministe "Ruptures" - Nathalie Péré-Marzano, Emmaüs International - Olivier Dubuquoy, ZEA - Pierre Khalfa, Fondation Copernic - Romain Flament, Unis-Terre - Ruvie Gambia, Etudiants et Developpement - Sabine Rosset, Bloom - Sissoko Anzoumane, Coalition Internationale des Sans Papiers et Migrants - Stéphen Kerckhove, Agir pour l’Environnement - Txetx Etcheverry, Bizi - Agora des habitants de la terre - Alternatiba -ANV-COP21 - Archipel citoyen des Jours heureux - Assemblée des Citoyens du monde - ASSO Solidaires - Citizen for climates - Demain en mains - Dialogues en humanité - Energie Partagée - FAIR[e] - Fondation ELYX - Institut des futurs souhaitables - Nature Rights - Réseau Action Climat - Réseau Sortir du Nucléaire - RÏSE Réseau international pour l’innovation sociale et écologique

Voir cette tribune sur le site de France Info

Communiqué Les Amis de la Terre, Alternatiba et ANV-Cop21 sur le maintien de la journée de manifestation climat le 8 décembre

Paris, le 4 décembre 2018 - Suite aux différentes annonces du gouvernement en réaction au mouvement des gilets jaunes, Alternatiba, les Amis de la Terre et ANV-COP21 appellent à maintenir les marches pour le climat ce samedi 8 décembre. Ces organisations appellent celles et ceux qui souhaitent apporter une réponse aux problèmes de fin du monde autant qu’aux problèmes de fin de mois à marcher ensemble.

Suite aux déclarations du Ministre de l’intérieur Christophe Castaner concernant l’éventualité d’une annulation ou d’un report des marches pour le climat de ce samedi 8 décembre à cause des manifestations du mouvement des gilets jaunes, Alternatiba, les Amis de la Terre et ANV-COP21 appellent à maintenir ces marches pour le climat. En pleine COP24, alors que les Etats sont incapables de réhausser leurs engagements, plus de 140 marches sont prévues dans différentes villes de l’Hexagone, et beaucoup d’autres dans 17 pays, pour porter un message d’alerte dans une situation d’urgence climatique et sociale.

“La crise sociale qui s’exprime à travers le mouvement des gilets jaunes ne peut occulter la crise climatique. Ce sont les deux faces d’une même pièce : celles d’un système guidé par la recherche du profit, qui concentre les richesses au sommet et détruit les écosystèmes. Nous avons le devoir de tirer la sonnette d’alarme face à un gouvernement qui mène une politique en faveur des riches et des lobbies.”
réagit Florent Compain, président des Amis de la Terre.

La politique du gouvernement n’est pas à la hauteur de l’urgence climatique. Nous attendons des mesures fortes, et non qu’il sème la discorde avec une fiscalité écologique pesant sur les ménages les plus précaires au lieu de réduire en priorité l’empreinte écologique des plus riches et des entreprises les plus polluantes, et de financer le développement des alternatives au tout voiture. “L’annonce d’un moratoire sur la hausse de la fiscalité des carburants ne saurait être une solution à la crise actuelle, s’il n’est pas accompagné d’une réforme fiscale pour plus de justice sociale et répondant à la nécessité de désintoxiquer notre société des énergies fossiles.” complète Jon Palais, porte-parole d’ANV-COP21.

Ce samedi, Alternatiba, les Amis de la Terre et ANV-COP21 appellent donc toutes celles et ceux qui souhaitent apporter une réponse aux problèmes de fin du monde autant qu’aux problèmes de fin de mois à marcher ensemble dans un cadre large, populaire et non-violent, y compris les gilets jaunes qui se sentent concernés par ce message. “Ne jouons pas le jeu d’un gouvernement qui tente de nous diviser alors que ce n’est qu’ensemble que nous pourrons changer le système et répondre à l’urgence sociale et climatique. Samedi, marchons pour préserver des conditions de vie dignes face à la menace de la crise climatique et au creusement des inégalités.” conclut Pauline Boyer, porte-parole d’Alternatiba.

Notre tract "Pour la justice sociale et l’urgence climatique - Soyons partout le 8 décembre"