Pour ce numéro, on vous emmène pour un tour d’horizon des activités antifascistes des camarades du 54. Une version plus longue de cet article, écrit par la Commission antifa de Solidaires 54, paraîtra dans le prochain numéro des Utopiques.

Au début de l’été 2013, dans un contexte de montée de l’extrême droite et suite au meurtre dramatique de Clément Méric à Paris, le BAF s'est créé à Nancy (Bloc AntiFasciste Nancy). Collectif d'individu·es, syndicalistes, militant·es de partis politiques, lycéen·nes et non encarté·es, le BAF a d'emblée réuni plusieurs dizaines de personnes de traditions très différentes à gauche, de plusieurs générations, toutes s'inscrivant dans une perspective anticapitaliste. Beaucoup d’actions, de réunions publiques et d’initiatives ont eu lieu, jusqu’à 2017, date à laquelle l’activité du BAF s’est ralentie.

Début 2019, plusieurs militant·es de Solidaires 54 ont (re)pris conscience d'un besoin de travail et de formation dans le cadre de la lutte syndicale contre l'extrême droite. Même à Nancy, le monde des travailleuses et des travailleurs n'est pas protégé contre ce fléau. Solidaires inclus… Après une formation avec l'association intersyndicale VISA et une grosse mobilisation unitaire de plusieurs mois contre l’ouverture d’une librairie d’extrême-droite, Solidaires 54 s'est officiellement doté en avril 2021 d'une commission antifa. Début juin 2021, après quelques mois pour construire un programme de formation antifasciste, local et offensif, la première formation de lutte syndicale contre l'extrême droite a été proposée par Solidaires 54, sur Nancy et sur Metz.

Le 12 juin 2021, à Nancy comme ailleurs, une quinzaine d'organisations a manifesté « pour les libertés et contre les idées d’extrême droite ». Un peu plus de 600 personnes ont constitué un cortège jeune, animé et revendicatif !

banière Solidaires 54 BAF

Dans la foulée, des militant·es ont organisé la première réunion du Bloc AntiFasciste-Nancy, seconde période ! Retour du BAF donc, avec des militant·es issu·es des rangs de Solidaires 54, de la CGT locale, de l'UCL-Nancy, des étudiant·es, des féministes, des non-encarté·es, des jeunes et des moins jeunes. Comme à la première période, c'est un joyeux mélange un peu foutraque, réellement mixte, qui a vite su travailler intelligemment ensemble.

Depuis seulement un an, le boulot abattu est non négligeable : plusieurs tractages et présences aux manifestations écolos, antifas, pacifistes ou sociales, à Nancy ou aussi en soutien aux voisin·es antifas de Metz, de Reims ou de Strasbourg ; deux AG antifascistes (50-100 personnes à chaque fois) pour construire de manière encore plus large une riposte contre l'extrême droite ; collages et décollages inter-orgas, stickage et manifestation, création d'une liste de diffusion pour partager les infos locales antifas, soirée-concert, mobilisations contre la librairie nancéienne d'extrême droite, tractages, créations d'affiches et de visuels, etc.

Le BAF scrute aussi, se renseigne puis informe régulièrement sur les activités de l'extrême droite locale. Plusieurs articles ont déjà été publiés, et de tout ce travail quasi quotidien, une cartographie assez complète des fachos locaux a été créée et est régulièrement diffusée. Avec un objectif clair : « Les extrêmes droites à Nancy et alentours, les connaître pour mieux les combattre ».

Plusieurs militant·es de SUD-Solidaires, comme d'autres orgas locales, contribuent humainement et techniquement à tout ce travail antifa de fond. Solidaires 54 met son outil syndical à disposition du BAF, notamment pour imprimer de la propagande. Et le BAF-Nancy a encore plein de projets en tête, comme rencontrer les groupes antifas du Grand-Est : se connaître et se lier pour se soutenir et agir ensemble !