L’objectif d’une retraite à 65 ans annoncée par Macron, nous permet d’ores et déjà d’envisager et préparer un mouvement social d’opposition, mais aussi d’affirmation de notre projet de société face au projet de société capitaliste. Pour Solidaires, la retraite c’est 60 ans, 75 % des meilleurs salaires, minimum 1700 € et par continuité du salaire.

Face aux arguments comptables (dette, pourcentage des retraites dans le PIB…), il faudra affirmer que les choix politiques doivent primer, que le problème c’est les profits des capitalistes et que l’augmentation des cotisations sociales sans perte de salaire net doit suivre les besoins de financement. La retraite est avant toute chose un sujet politique : jusqu’à quel âge doit-on être soumis au chantage salaire/emploi ?

À propos de nos cotisations sociales finançant entre autres les retraites, l’assurance maladie, la CAF et nos droits au chômage ; notre campagne pour l’augmentation des salaires ne doit pas se limiter au « pouvoir d’achat », mais bien avoir pour objet l’ensemble du salaire : salaire net (dans la poche à la fin du mois) et salaire socialisé c’est-à-dire les cotisations sociales, en exigeant notamment des augmentations de cotisations sociales sans perte de salaire net si l’extension des droits à la retraite, à l’assurance maladie, au chômage l’exigent. Ces augmentations de salaires doivent toujours être prises sur les profits des actionnaires capitalistes réaffirmant l’opposition fondamentale entre salaires des travailleurs/ses et profits volés par les patrons et actionnaires.


Ce bulletin contient des analyses, des informations, des propositions sur la protection sociale et la précarité. Cela inclut entre autres la Sécurité sociale et ses différentes branches (retraites, maladie, accident du travail, famille…), l’assurance chômage, le RSA. Il est publié par la commission protection sociale et le groupe de travail chômage et précarité dans le but de former et d’informer les adhérent·e·s de Solidaires sur ces thématiques, ce qui est un préliminaire essentiel pour s’opposer aux démantèlement des institutions de protection sociale que nous imposent les capitalistes et les gouvernements qui les servent. Loin d’être un document technique, ce bulletin se veut un lieu d’exposition des contre-propositions de Solidaires pour une autre société alternative au capitalisme. Il est diffusé à toutes les structures (syndicats nationaux, fédérations, Solidaires départementaux) et à toute personne qui le demande en écrivant à contact@solidaires.org.