Nouvel espace numérique personnel, proposé par l’Assurance Maladie et le ministère de la Santé depuis février 2022, « va permettre à chacun de garder le contrôle sur ses données de santé, de stocker et partager en toute sécurité tous les documents et informations utiles pour son suivi médical avec ses professionnels de santé. Au-delà du dossier médical, ce service donnera accès à une messagerie santé, puis à terme, à un agenda médical, ainsi qu’un catalogue de services et d’applications de santé référencés par les services publics ». Ce carnet de santé numérique prend la suite du dossier médical partagé qui n’a toujours pas fait ses preuves.

Ce nouvel espace numérique (comme tant d’autres) est censé nous faciliter la vie, il y est question de stockage de nos documents de santé en toute sécurité et d’échanges avec nos professionnels de santé. Si on ne s’y oppose pas, le consentement est automatique et c’est bien là le problème car un consentement automatique n’est pas un consentement libre et éclairé.

Par ailleurs les données de santé des utilisateurs et utilisatrices seront hébergées par des entreprises privées sous-traitantes et non par un service public du numérique en santé que nous sommes en droit d’attendre pour un sujet aussi sensible.

Le SMG (syndicat de la médecine générale) alerte sur les conséquences de cet usage de l’informatique totalement contraire à toute éthique de santé où le secret médical n’existera plus et nos données serviront des fins tout autres que celles de prendre soin de nos santés, de nos vies ! Le SMG demande un audit citoyen et indépendant sur les bénéfices et risques de cet outil avant sa généralisation et appelle au refus de l’activation de l’Espace santé numérique.

Pour en savoir plus, se reporter au communiqué du SMG :
https://smg-pratiques.info/mon-espace-sante-trop-de-doutes-et-trop-de-risques

Et à l’analyse de l’association « la quadrature du net » :
laquadrature.net/2022/03/25/pourquoi-sopposer-a-la-creation-de-mon-espace-sante/